Seu Jorge JAV 2017

Jazz à Vienne 2017 : pluie d’hommages et divas

La programmation principale de l’édition 2017 de Jazz à Vienne, qui se tiendra du 29 juin au 13 juillet, vient d’être dévoilée. Au programme : des hommages en pagaille, de l’étoile du jazz, de la diva et quelques belles surprises.

Seu Jorge © DR

Seu Jorge.

On vous balance l’info en exclusivité : il va pleuvoir sévèrement cet été sur Jazz à Vienne, entre le 29 juin et le 13 juillet. Comme à Gravelotte, selon l’adage de nos anciens qui ont connu la Première Guerre mondiale. Mais que l’on se rassure, c’est bien une pluie d’hommages comme on en a rarement vu, qui dégringolera sur le festival. Il faut croire que les étoiles étaient alignées pour cela.

À Fela et John

Archie Shepp © Monette Berthomier

© Monette Berthomier
Archie Shepp.

Petit florilège : il y a vingt ans, le 20 août 1997, le monde de l’afro-beat perdait son empereur, Fela Kuti. Le 2 juillet 2017, Jazz à Vienne se souviendra de lui lors d’une journée gratuite combinant projection de films (Finding Fela), conférence et concerts hommage par ses anciens musiciens et quelques héritiers.

Il y a cinquante ans, le 17 juillet 1967, s’éteignait l’étoile noire du free jazz, John Coltrane et la fête que lui fera Jazz à Vienne s’annonce belle et digne de ce (grand) nom, puisque le 3 juillet c’est une autre légende du free, l’ami de Coltrane Archie Shepp qui, entouré d’une belle jeunesse (dont Shabaka Hutchings, la petite bête qui monte du sax), s’en occupera.

De même que le technoïde Jeff Mills qui délaissera ses amours symphoniques du moment pour s’attaquer, avec le saxophoniste Émile Parisien, à l’un des monuments de Coltrane : l’album Love Supreme.

Bowie, Prince, un an déjà

On continue : l’an dernier le monde de la musique a perdu, parmi beaucoup d’autres, Prince. On lui devait donc un hommage. Ce sera le 8 juillet une création Jazz à Vienne réunissant son ancien bassiste Larry Graham (du Graham Central Station), Marco Prince (leader de FFF) et la rockeuse Jeanne Added, que l’on savait jadis portée sur le jazz, moins sur le funk.

Idem pour David Bowie. Hommage quelque peu indirect d’abord avec le saxophoniste Donny McCaslin accompagné des musiciens ayant joué sur le dernier album du Thin White Duke (le 12 juillet) et un autre plus direct, invitant le Brésilien Seu Jorge (photo ci-dessus) à reprendre son concept rendu célèbre par le film La Vie aquatique : des reprises de Bowie en mode bossa-nova (un régal). Ce sera en clôture du festival, le 13 juillet, pour l’All Night Jazz, où l’on retrouvera également Keziah Jones, le père du BluFunk, pour la présentation d’un EP hommage à Coltrane ET Kuti. Ce qu’on appelle boucler la boucle.

Jamie, Herbie, Ahmad sont encore là

Ahmad Jamal © Marc Marnie

© Marc Marnie
Ahmad Jamal.

Mais le festival, qui ouvrira avec l’immarcescible Zucchero (29 juin, donc), ne se contentera pas de célébrer les disparus. Il y a aura de la star au coin de la scène : Jamie Cullum, l’homme aux 10 millions, qui s’y recolle une troisième fois ; Herbie Hancock qu’on ne présente plus et qui ne devrait pas tarder à se faire remettre les clés de la cité des Allobroges (le 12 juillet) ; Eliades Ochoa (du Buena Vista Social Club), invité par Roberto Fonseca (le 7) ; Ahmad Jamal invitant Abd Al Malik (le 30 juin).

Et puisque l’on parle de hip-hop, une soirée exceptionnelle pour les fans du genre avec le grand retour, le 1er juillet, des très cool De La Soul, avec le même soir un concert concept hip-hop symphonique mettant en scène notamment MC Solaar et Arsenik dans les bras d’un ONL dirigé par le prodige Issam Krimi et Dina Gilbert.

Angélique, Youn Sun, Stacey… et La Havas !

Youn Sun Nah © Seung Yull Nah

© Seung Yull Nah
Youn Sun Nah.

Enfin, pas de Jazz à Vienne, sans divas. Cette année, outre les voix reconnues ou habituées du festival que sont Angélique Kidjo (le 7 juillet), Youn Sun Nah (petite fiancée de Jazz à Vienne, sur scène le 9), Stacey Kent (le 5) et même, dans une moindre mesure, la talentueuse Valentinoise Anne Sila (le 4, soirée French Touch), il conviendra de suivre et de ne surtout pas rater le 10 juillet – ce sera sa seule date française – l’apparition (il n’y a pas d’autre mot) Lianne La Havas (déjà, ce nom !), chanteuse britannique d’origine jamaïco-grecque ascendant soul à la voix si magnétique qu’elle attira dans ses filets ce Pygmalion chronique qu’était Prince, encore lui.

Lianne La Havas © DR

Lianne La Havas.
Jazz à Vienne 2017 – Du 29 juin au 13 juillet
Horaires et réservations sur le site du festival.
à lire également
Dans la nuit de mercredi à jeudi, Lyon a perdu l'un de ses plus anciens bouquiniste et puits de culture musicale. Emporté à 64 ans, Serge Boissat n'a jamais cessé de diffuser sa passion pour le rock au sens large et pour la bande dessinée. Son ami et fondateur de la radio libre "Radio Bellevue" en 1981, le réalisateur Jean-Claude Chuzeville, lui rend hommage.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut