Héro(ïne)s : une expo qui renverse les genres dans la BD

Dans le cadre du festival Lyon BD, l’exposition "Héroïnes" à Villeurbanne dénonce l’omniprésence de héros masculins dans la BD. Une trentaine d’illustrateurs ont redessiné avec des traits féminins des icônes biens connues du 9e art.

Astérix et Obélix entourant "un" Cléopâtre aux épaules larges, Corto Maltese en icône de la mode, renommée Coco Maltese, une pirate dénommée Long Jane Silver fumant la pipe cheveux aux vents, ce ne sont que quelques-uns des dessins qui seront présentés à la MLIS de Villeurbanne. Du 3 au 27 juin, la Maison du Livre, de l’Image et du Son exposera une trentaine d’artistes afin d’illustrer la sous-représentation de héros féminins dans la BD et, bien souvent, leur cantonnement à des rôles de faire-valoir.

"Faire ressortir le fait que les héros de BD peuvent être des héroïnes"

"L’idée de base, c’est de faire ressortir le fait que les héros peuvent être des héroïnes, explique Marguerite Potié, membre de l’organisation du festival Lyon BD. On a commencé avec des auteurs locaux. Le scénariste lyonnais Jean-Christophe Deveney est à l’origine du projet, suite à un travail qu’il a mené avec des chercheurs sur la représentation du féminin dans la BD." Un Tumblr a été créé pour recueillir les dessins. Rapidement, des auteurs anonymes ont participé à l’aventure. Un financement participatif a été lancé pour éditer un livre tiré du projet.

Le vernissage, mercredi 3 juin, réunira les auteurs pour un peu de dessin en live. Les artistes réaliseront une série de portraits sur le même principe que l’exposition, qui seront ensuite affichés sur les murs de la MLIS à la manière de la galerie de portraits bien célèbre de Tintin.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut