Ecrans du doc 2016 Montage

Gagnez des invitations pour la soirée d’ouverture des Écrans du doc

La 6e édition des rencontres documentaires au Ciné Toboggan se déroule du 8 au 13 mars. Lyon Capitale vous invite à la première soirée.

Affiches des films “Il m’a appelée Malala” et “No Land’s Song”

Pour la sixième année consécutive, le Ciné Toboggan de Décines organise “Les Écrans du doc”, 5 jours de projections de films documentaires, du 8 au 13 mars.

Lyon Capitale, partenaire de l’événement, propose à cette occasion des invitations pour assister à la soirée d’ouverture, le 8 mars. Seront projetés en avant-première ce soir-là les documentaires Il m’a appelée Malala (en VOST) à 18h15 et No Land’s Song (en VOST) à 20h30.

La séance sera suivie d’un débat avec Faezeh Mohebi, présidente de l’Association culturelle franco-iranienne de Lyon, et Massoud Salari, journaliste et écrivain spécialiste de l’Iran.

Pour assister à ces projections, envoyez un mail à invitations@lyoncapitale.fr en indiquant la séance de votre choix ainsi que vos nom et prénom (invitation pour deux personnes). Un mail de confirmation vous sera envoyé dans les 48h.

Les deux films au programme : Malala et No Land’s Song

Il m’a appelée Malala, de Davis Guggenheim

1h27 – États-Unis – 2016 – VOST

Malala Yousafzai – Photo extraite du film “Il m’a appelée Malala” © Twentieth Century Fox

© Twentieth Century Fox

Ce film de Davis Guggenhein trace le portrait intime de Malala Yousafzai, cette jeune fille afghane devenue la cible des talibans pour avoir milité en faveur de l’éducation des filles dans son pays. Après avoir survécu à l’attaque visant son bus scolaire, elle a été la plus jeune lauréate à recevoir le prix Nobel de la paix en décembre 2014. Depuis, elle incarne à travers le monde entier le symbole de la lutte pour les droits des enfants.

No Land’s Song, d’Ayat Najafi

1h31 – France/Iran/Allemagne – 2016 – VOST

Image extraite du film “No Land’s Song” © Basis Film Verleih

© Basis Film Verleih

En Iran, depuis la révolution de 1979, les femmes n’ont pas le droit de chanter en public en tant que solistes. Une jeune femme, Sara Najafi, avec l’aide de trois chanteuses françaises (Élise Caron, Jeanne Cherhal et Emel Mathlouthi), va braver censure et tabous pour tenter d’organiser un concert officiel de chanteuses solo à Téhéran.

La solidarité interculturelle et le pouvoir révolutionnaire de la musique triompheront-ils ? Thriller politique et voyage musical, No Land’s Song ne perd jamais de vue son véritable combat : la voix des femmes.

à lire également
Septième art, le cinéma reste un "petit jeune" lorsqu'on le compare à la peinture, le théâtre ou la sculpture. Le 13 février 1895, il y a 125 ans, les frères Lumière déposent le brevet du cinéma, mais l'ont-il inventé ? Remise à plat.
Faire défiler vers le haut