Concert de l'Hostel Dieu Heather Newhouse Franck-Emmanuel Comte
© Jean Combier

Concert : Mozart all’arrabbiata à l’Auditorium

Le Concert de l’Hostel Dieu poursuit sa folle saison en passant à la vitesse supérieure avec deux concerts à l’Auditorium. Deux concerts Mozart, témoins de l’influence italienne du compositeur.

Preuve que la potion magique existe – et que son géniteur tyrannique n’hésita pas à sa naissance à le plonger dans le chaudron afin de lui faire boire la tasse en guise de baptême –, Mozart composait ses premières œuvres à six ans. À onze, c’est son premier opéra, Apollo et Hyacinthus, qui voit le jour, destiné à être interprété par les élèves du lycée dépendant de l’université de Salzbourg.

Des séjours répétés en Italie, destinés à parfaire sa formation (toujours à l’initiative de papa), suivront, si bien qu’en 1779 le jeune homme de 23 ans pourra annoncer à son père : “Désormais, je peux écrire dans tous les styles.” C’est d’opera seria dont parle alors Mozart, fasciné par l’art des derniers grands castrats : un genre particulièrement héroïque… et italien.

Voilà le cœur du programme “Mozart l’Italien” que nous propose le Concert de l’Hostel Dieu : un pot-pourri d’ouvertures d’arias extraites des opéras Lucio Silla ou Mitridate, d’un Divertimento en majeur (KV 136) aux saveurs milanaises ou encore d’un Exultate, jubilate aux réminiscences napolitaines… Sans oublier la symphonie n° 25 en sol mineur qui, si elle ne doit pas grand-chose au style italien, aura le mérite de confirmer le fait que le jeune prodige autrichien maîtrisait bien “tous les styles” – et avec quel bonheur !

NB : Le concert “Expresso” de vendredi reprendra les grandes lignes du programme de la veille – il est réservé aux lycéens.

Concert de l’Hostel Dieu, à l’Auditorium de Lyon
Mozart l’Italien – Jeudi 16 février à 20h
Mozart passe son bac – Vendredi 17 février à 15h. GRATUIT. Réservé aux lycéens.
à lire également
Le pianiste Pierre-Laurent Aimard © Marco Borggreve
Quand un symbole de la littérature pour clavier du XVIIIe rencontre l’un des plus grands pianistes français, spécialiste des musiques de notre temps, la raison voudrait qu’on s’y intéresse de près. Rendez-vous donc dimanche à l’Auditorium pour les Variations Goldberg de Bach par Pierre-Laurent Aimard.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut