Virginie Blum © Aurélien Idéale
Virginie Blum © Aurélien Idéale

Virginie Blum : "L’entrepreneuriat face à l’échec"  #MT180

Cette année se déroule le concours "Ma thèse en 180 secondes". L’Université de Lyon y participe pour la sixième fois. Le principe de ce concours : présenter son projet de thèse en 180 secondes, pas une de plus. L’occasion pour 14 doctorants de présenter l’équivalent de plusieurs années de recherche à un public plus vaste. Les candidats devront être le plus clair et le plus concis possible devant le jury, le 28 mars, lors de la finale locale, à Lyon. Le doctorant vainqueur pourra ensuite participer au concours national.

En attendant la finale, Lyon Capitale vous propose de découvrir chaque jour un nouveau candidat ainsi que son projet de thèse. Différentes filières sont représentées de la sociologie, à la physique en passant par les sciences de gestion. Les candidats ont accepté de répondre à quelques questions et nous donnent la chance d’avoir un premier aperçu de la présentation qu’ils tiendront le 28 mars.

La candidate du jour

Blum Virginie

Son établissement

Université Lumière Lyon 2

Thématique de son sujet de thèse

Les faillites d’entreprises au tribunal de commerce de Lyon

Intitulé de son sujet de thèse 

L’entrepreneuriat face à l’échec. Une approche sociologique des faillites d’entreprises

Son parcours en 5 dates 

2002 : Classe préparatoire des beaux-arts de Lyon

2004 : Reprise d’études et réorientation en sociologie à l’université Lumière Lyon 2

2011 : Master recherche en sociologie, parcours genre et démographie à l’université Lumière Lyon 2

2012 : Début du doctorat

2014 : Début de l’enquête au tribunal de commerce

L’objet de sa thèse en 3 lignes 

L’objectif de la thèse est de reconstituer les parcours judiciaires des entreprises en faillites. C’est à dire du début à la fin des procédures. Mon terrain d’enquête a été le tribunal de commerce de Lyon, où j’ai bénéficié d’un accueil sans pareil.

Pourquoi avoir choisi ce thème ?

Par esprit de contradiction. Alors que tous les projecteurs sont braqués sur la création d’entreprises et l’entrepreneuriat, j’ai choisi d’étudier celles qui échouaient. D’autant plus que le sujet des faillites d’entreprises est un sujet qui n’est pas traité en sociologie.

Pourquoi participer au concours “Ma thèse en 180 secondes” ?

Pour deux raisons, la première étant de donner de la visibilité à un sujet qui est socialement et culturellement négatif. La seconde raison est liée à mon ancrage disciplinaire qui est la sociologie, car c’est une discipline qui est très peu représentée dans ce concours. En sociologie aussi on peut faire de la vulgarisation scientifique. Allez voir mon blog !

à lire également
Une étude publiée mercredi montre que des particules de plastique seraient déversées par la neige dans les Alpes et dans l’Arctique notamment. Les chercheurs réclament des recherches urgentes pour évaluer les risques sanitaires.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut