Festival Réel à Villeurbanne. Capture Twitter @villeurbanne

Villeurbanne : des soupçons de piqures sauvages au festival Réel

Le festival Réel à Villeurbanne a réuni près de 43 000 spectateurs en deux jours. Mais rapidement des soupçons de piqûres sauvages ont perturbé l'événement.

Déjà près de 43 000 festivaliers étaient au rendez-vous pour les deux premières journées du festival Réel à Villeurbanne. Le concept : des concerts et performances artistiques gratuites pour tous, dans le parc de la Feyssine.

Au moins 5 personnes concernées samedi

Problème : rapidement, des soupçons de piqures sauvages sont apparus. Selon nos confrères du Progrès, au moins cinq personnes, une femme et quatre hommes sont repartis avec des marques sur le corps. Ils pensent avoir été la cible de piqures sauvages lors du festival.

Un premier cas vendredi

Une première victime potentielle, âgée de 17 ans, s'était manifestée le premier jour du festival, vendredi dernier. Tous ont engagé des analyses toxicologiques pour vérifier la présence de molécules comme le GHB. Les personnes qui ont eu une suspicion de piqûre ont été prises en charge sur place par la protection civile et par la police nationale.

Actions de prévention sur place

Face à ces problèmes de piqures sauvages et de GHB dans les festivals et lieux de fête, la ville de Villeurbanne, qui organise le festival Réel annonce avoir mis en place des actions de prévention et d'accompagnement.

Parmi lesquelles : une brigade mobile, présente tous les soirs du festival pour sensibiliser sur les risques liés au GHB ou encore une "safe-zone", installée pour les festivaliers qui ressentiraient le besoin d’être accueillis dans un endroit calme. Enfin, un protocole d'accompagnement a été mis en place pour prendre en charge les victimes de piqûres et de GHB.

Une vague de piqûres partout en France

Une vague inexpliquée de piqûres touche depuis début avril des jeunes dans des boîtes de nuit, bars et festivals de toute la France, avec des plaintes déposées notamment à Lille, Béziers, Nantes, Rennes, Strasbourg, ainsi qu'à Grenoble, Nancy, Lyon, Besançon, Valence ou encore Toulouse.

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut