Laurent Wauquiez
©Tim Douet

Viktor Orbán, un ami qui veut du bien à Laurent Wauquiez

Le Premier ministre hongrois ne tarit pas d'éloges sur le président du conseil régional d'Auvergne-Rhône-Alpes.

"Laurent Wauquiez, c'est mon ami". Quand il parle de Laurent Wauquiez, Viktor Orbán est laudatif. Dans Le Point de cette semaine, le Premier ministre hongrois - dont la formation, le Fidesz, vient d'être suspendue par le Parti populaire européen (PPE) en raison de ses dérapages diffamatoires et conspirationnistes envers Bruxelles - explique avoir "beaucoup d'amis en France" : Nicolas Sarkozy "bien sûr", Jacques Chirac "qui m'a toujours bien reçu", Valérie Giscard d'Estaing, "une référence que j'essaie de voir chaque fois que je viens à Paris". Et donc aussi le président du conseil régional d'Auvergne-Rhône-Alpes.

Lorsque le philosophe Bernard Henry-Lévy, lors de sa conversation pour l'hebdomadaire avec le Premier ministre hongrois, lui parle des élections européennes que "la presse présente comme un match Orbán-Macron", le controversé dirigeant hongrois réplique : "je vous répète que j'ai déjà fort à faire avec mon pays qui est, comme tous les petits pays, fragile et menacé. Pour le match dont vous parlez, j'aimerais bien que quelqu'un reprenne le flambeau." -"Vous pensez à Marine Le Pen ?" Réponse de Viktor Orbán : "Ah non ! Je n'ai aucune relation avec Mme Le Pen. Aucune" -"Pourquoi ?"
- "Parce que Laurent Wauquiez m'a prévenu que c'était la ligne rouge." -"Laurent Wauquiez ?" -"Oui, c'est mon ami."

En septembre 2018, le président d'Auvergne-Rhône-Alpes s'était positionné en faveur du Premier ministre hongrois qui, selon lui, avait "toute sa place" dans le Parti populaire européen (PPE) qui vient de le suspendre. "Je ne suis pas gêné par son discours sur la question migratoire, a réagi Laurent Wauquiez dans un entretien accordé au Figaro, par contre il y a des lignes rouges à ne pas franchir comme celles de l'Etat de droit ou la liberté de la justice". (lire ici).

Viktor Orbán - Laurent Wauquiez, deux amis qui se veulent du bien ?

à lire également
Détail d’un dessin de Kanellos Cob pour Lyon Capitale
Dans la liste des ingrédients du succès du modèle lyonnais, l’apport européen est rarement mis en avant. Il va pourtant de pair avec la dynamique économique et culturelle de Lyon. Dans la culture, avec Arty Farty, comme sur le plan institutionnel, Lyon tente de développer son propre réseau européen : celui des capitales économiques à défaut d’être des capitales nationales.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut