Kilian Jornet a remporté l’UTMB 2022 avec le record de l’épreuve à la clé. Crédit photo : UTMB – Photo Paul Bréchu

UTBM 2022 - REPORTAGE : après un duel de légende, Kilian Jornet devance Mathieu Blanchard

En tête à l'aube sur l'Ultra-Tour du Mont-Blanc 2022, l'Américain Jim Walmsley a craqué. Dans la matinée, Kilian Jornet et Mathieu Blanchard lui sont passés devant. L'Espagnol s'est imposé en moins de 20h, record de l'épreuve à la clé.

Le monde de l'ultra-trail attendait avec impatience leur duel sur les sentiers de l'UTMB : la légende Kilian Jornet (trois fois vainqueur) et l'Américain Jim Walmsley, parmi les meilleurs du circuit mondial, étaient les deux favoris sur la ligne de départ de l'édition 2022. Mais personne n'est à l'abri d'un jour sans ou d'une défaillance sur un ultra-trail, et c'est finalement le Français Mathieu Blanchard qui a mené la vie à Kilian Jornet, alors que Walmsley s'est écroulé après la nuit. La bagarre terrible que ce sont livrés Jornet et Blanchard dans le dernier tiers de la course a finalement tourné à l'avantage de l'Espagnol qui a devancé de cinq minutes sont dauphin sur la ligne (en 19 heures 49 minutes). Le Britannique Tom Evans est monté sur la troisième marche du podium.

Un début de course rapide

Après un départ où les meilleurs étaient groupés jusqu'à Saint-Gervais, au km 21, Jornet et Walmsley se sont détachés en tête dès le début de la nuit dans l'ascension vers le col de la Croix du Bonhomme après les Contamines. À Notre-Dame-de-la-Gorge, où une foule très nombreuse et bruyante encourageait le passage de tous les participants, des premiers aux derniers, Kilian Jornet et Jim Walmsley devançaient déjà leurs poursuivants de plus d'une minute. Leurs visages étaient éclairés par les cercles lumineux installés par Hoka, le sponsor de l'épreuve. L'écart s'est ensuite creusé progressivement entre les deux hommes et leurs poursuivants (Pau Capell, Zach Miller, Thibaut Garrivier...) durant la nuit.

Mais là où l'Américain Jim Walmsley avait craqué lors des précédentes participations, en fin de nuit dans la longue descente depuis le Grand col Ferret (2 537m) vers La Fouly en Suisse, il a cette fois réussi l'inverse : faire céder son rival. Au Grand col Ferret Kilian Jornet comptait cinq minutes de retard sur le natif de l'Arizona. Une preuve que l'installation de Jim Walmsley avec sa femme dans le massif du Beaufortain en Savoie depuis le mois de juin portait ses fruits. L'Américain avait voulu mieux apprivoiser les chemins et les conditions météorologiques des Alpes en s'entraînant en France pour préparer l'UTMB.

Passage d'un coureur à Notre-Dame-de-la-Gorge au début de la nuit.

On pensait cependant Kilian Jornet, très bon descendeur, capable de faire son retard à la Fouly. Le rythme de Jim Walmsley était pourtant trop rapide pour le triple vainqueur (et désormais quadruple) qui accusait un débours d'un quart d'heure au poste de ravitaillement suisse. Surtout, Jornet affichait des signes de grosse fatigue. "Je ne suis pas au top", glissait-il à un membre de son assistance devant les caméras.

L'aube avait déjà pointé dans le ciel et Jim Walmsley continuait sur un train d'enfer en direction de Champex-Lac (km 126), le ravitaillement suivant où il est arrivé vers 8h du matin. Dans le dur, Kilian Jornet était doublé par le Français Mathieu Blanchard, mais il s'accrochait dans la douleur au sillage de l'ancien participant de l'émission Koh-Lanta, qui s'est fait un grand nom dans le monde du trail sur l'UTMB 2021 en finissant sur la troisième marche du podium.

L'attaque tranchante de Jornet après Vallorcine

Puis tout a changé après Champex-Lac. Jim Walmsley n'a pas réussi à bien s'alimenter au ravitaillement, gêné par des problèmes gastriques. Kilian Jornet qui peinait d'abord à suivre la trace de Mathieu Blanchard retrouvait finalement un coup de mieux au fil de la matinée. Les deux hommes ont d'abord repris Jim Walmsley dans les alpages de Bovine, avant de se livrer une bagarre acharnée jusqu'à l'arrivée.

Tout a basculé au ravitaillement de Vallorcine, au pied de la dernière ascension vers la Tête aux Vents. Kilian Jornet et Mathieu Blanchard se sont jaugés du regard, s'alimentant tous deux le plus rapidement possible. Assis, l'Espagnol s'est levé sur les encouragements de son assistant. Le Français du team Salomon a bondit dans sa foulée. Mais quelques centaines de mètres après le ravitaillement, Kilian Jornet portait une attaque violente qui laissait sur place son rival. Dans la montée vers la Tête aux Vents, l'Espagnol poussait plus fort sur ses bâtons et arriva en haut avec 10 minutes d'avance.

Pour la 4e fois, Kilian Jornet a remporté l'UTMB, avec en prime pour cette édition un record grâce à son chrono de 19h49'32". Il devance le Français Mathieu Blanchard, qui est lui aussi passé sous la barre symbolique des 20 heures avec un temps de 19h54'50'' pour boucler les 171 kilomètres et plus de 10 000 mètres de dénivelé positif.

Duel entre Nord-Américaines

Chez les femmes, c'est l'Américain Katie Schide qui a pris la tête dès la sortie de Chamonix en partant sur un gros rythme. Aux alentours de la 50e de la course à Saint-Gervais, elle pointait en 24e position au scratch à Arnouvaz à 6h20 du matin. Pas assez cependant pour distancer définitivement sa poursuivante la Canadienne Marianne Hogan, qui pointait à Arnouvaz seulement cinq minutes derrière et qui a ensuite rattrapé puis doublé Katie Schide dans la montée du Grand col Ferret.

Mais l'Américaine ne baissait pour autant pas les bras et repassait devant la Canadienne dans la montée jusqu'à compter une demi-heure d'avance après Trient, avec encore deux cols à grimper. Elle l'a finalement emporté à Chamonix en 23 h 15, devant Marianne Hogan et Kaytlyn Gerbin, autre athlète americaine.

Loin derrière, des milliers de participants anonymes puisent toujours profondément en eux-mêmes pour "survivre" aux délais horaires et rejoindre Chamonix.

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut