la gonette
Un groupe d’opposition demande un moratoire sur la Gonette.

Une plainte et des critiques, Bruno Bernard attaqué sur la Gonette

Alors qu'un rapport de la Chambre régional des comptes pointe la mauvaise gestion de la monnaie locale la Gonette, le président de la Métropole de Lyon est attaqué pour ses liens présumés avec l'association, à laquelle sa collectivité verse des subventions.

Alors qu'au conseil municipal, le groupe d'opposition Pour Lyon a demandé au maire Grégory Doucet la tenue d'un moratoire sur les subventions versées à la monnaie locale, la Gonette, le président écologiste de la Métropole de Lyon, Bruno Bernard, est visé par un signalement pour prise illégale d'intérêts.

Lire aussi : À Lyon, l'opposition demande un moratoire sur le soutien à La Gonette

"Il n’y a aucun problème, ni de près ni de loin"

Le conseiller municipal d'opposition de Vénissieux, Farid Ben Moussa, auteur de nombreuses plaintes contre la maire PCF et vice-présidente de la Métropole, Michèle Picard, attaque le président écologiste pour ses liens avec l'association derrière la Gonette. "Malgré la vente des parts de la SCI « la pierre ecolo » 11 jours avant le vote de la subvention, ne l'a pas empêché de participer à l'élaboration et l acceptation en amont de cette subvention", écrit Farid Ben Moussa dans son courrier adressé au procureur de la République de Lyon. Bruno Bernard détenait en effet, jusqu'en 2021, des parts dans cette SCI qui loue son local à l'association.

"Comme tous les élus j’ai fait une déclaration d’intérêt, j’ai déclaré 17 participations. Tout est clair : j’étais actionnaire minoritaire pour rendre un coup de main. Il y a dix ans, l’actionnaire majoritaire a décidé de louer au prix du marché à la Gonette. Je ne vois pas le sujet. Je les ai cédées en 2021 au même prix que celui auquel je les avais acquises. Il n’y a aucun problème, ni de près ni de loin", a affirmé de son côté Bruno Bernard lors du conseil métropolitain ce lundi.

"Dire si, oui ou non, nous accompagnerons demain une monnaie locale, citoyenne"
Nathalie Perrin-Gilbert
Tweet

Le président de la Métropole a également été attaqué sur le sujet par le président de la droite et maire de Caluire-et-Cuire, Philippe Cochet, alors qu'était débattu le rapport de la Chambre régional des comptes point du doigt une mauvaise gestion de l'association. "Cette association est politiquement proche de vous et vos amis du Front Populaire. Cette gestion à la petite semaine nous inquiète si, par malheur, les apprentis sorciers de la Nupes 2 arrivaient en responsabilité", a-t-il lancé.

Ex-adjointe en charge de la culture à la Ville et conseillère métropolitaine, Nathalie Perrin-Gilbert a, tout en rappelant avoir fait adhérer la mairie du 1er à la Gonette lorsqu'elle était maire, appelé à "mettre fin" aux "dysfonctionnements importants" pointés dans le rapport. Elle s'est par ailleurs opposée à la mise en place d'un moratoire, mais a appelé Villeurbanne, la Métropole et la Ville de Lyon à "avoir un positionnement clair, franc, assumé et dire si, oui ou non, nous accompagnerons demain une monnaie locale, citoyenne".

Laisser un commentaire

Suivez-nous
tiktok
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut