Une nouvelle prison à Bourg-en-Bresse : les craintes après Corbas

Des couleurs vives, des serrures bien huilées et un système électrique pour le moment en marche. Le nouveau centre pénitentiaire de Bourg-en-Bresse, présenté jeudi à la presse par l’administration pénitentiaire, devrait recevoir son premier détenu dans quelques jours, la date exacte restant encore secrète.

Constituée d’un centre de détention (pour personnes condamnées) et d’une maison d’arrêt (pour les personnes prévenues), la structure est prévue pour 690 détenus, et doit non seulement permettre de fermer l’actuelle maison d’arrêt de Bourg, trop vétuste, mais aussi de désengorger les autres établissement pénitentiaires de la région, tous en surpopulation. Prenant le contre-pied des critiques émises à l’égard des nouvelles prisons dont celle de Lyon-Corbas représente le modèle, Denis Perrin, directeur régional de l’administration pénitentiaire, a tenu à présenter le centre de Bourg comme un lieu vivable, voire “agréable”. “Tout est fait pour que les détenus puissent avoir des relations entre eux, mais aussi des relations avec les surveillants”, décrit Bertrand Pic, directeur de ce nouvel établissement.

Le suicide : pas de communication

Ce jeudi, l’administration pénitentiaire a mené une visite détaillée des lieux, sans évoquer pour autant tous les moyens mis en place pour éviter les suicides, alors qu’elle avait particulièrement mis l’accent sur ces dispositifs lors de la présentation de l’établissement de Corbas. “Nous n’avons pas changé de communication”, s’est défendu Denis Perrin. “L’ensemble des personnels a été formé à la prévention du suicide, qui est un sujet difficile et traumatisant, a-t-il admis. Comme vous l’avez vu sur Corbas, même avec de l’interphonie qui permet au détenu de rester en contact de sa cellule avec un surveillant, on a toujours l’impression d’être désarmés.” Enfin, à l’évocation des différents incidents survenus à Corbas, des critiques émises par une partie du personnel infirmier, surveillant, mais aussi, plus récemment, par les avocats, Denis Perrin a assuré que Bourg jouerait un rôle, et “soulagerait Corbas pour qu’il y existe enfin de meilleures conditions”.

La nouvelle prison en vidéo

à lire également
Police lyon
À 22 ans, l'agresseur du chauffeur du bus C15 avait déjà 50 antécédents judiciaires inscrits dans son casier et portait un bracelet électronique dans le cadre d'un aménagement de peine lorsqu'il a été interpellé. Depuis lundi soir, le chauffeur de bus TCL agressé sur la ligne C15 entre Bron et Vaulx-en-Velin est en arrêt de […]

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut