L’université Jean Moulin Lyon 3. @WilliamPham

Une cellule contre les violences sexuelles créée dans l'académie de Lyon

Dans l'enseignement supérieur, la rentrée 2021 est marquée par la création d'une cellule d'accompagnement contre les violences sexistes et sexuelles au sein des universités de la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Tout au long du mois de septembre, les 350 000 étudiants inscrits dans l'académie Auvergne-Rhône-Alpes ont fait leur rentrée. Après une année très marquée par la crise sanitaire, les étudiants de la région réinvestissent les salles de cours en 100 % présentiel. L'occasion pour le rectorat de renforcer le lien social et l'accompagnement des étudiants.

Lire : À Lyon, les étudiants font leur rentrée dans l'incertitude

Dans le cadre du plan d'action contre les violences sexistes et sexuelles dans l'enseignement supérieur, l'académie a doté les établissements d'une cellule de conseil, qui pourra intervenir sur demande d'un étudiant, "sur la base de la tolérance zéro" explique le recteur de Lyon, Oliver Dugrip. "Cela donne la possibilité de saisir la cellule pour entamer très rapidement des procédures disciplinaires au sein de l'établissement. Dans les cas les plus extrêmes, seront entamées des poursuites pénales. Tolérance zéro" répète Olivier Dugrip.

Dans le contexte sanitaire actuel, différentes actions seront également déployées dans les prochains mois. Le dispositif "santé psy étudiant" sera ainsi mis en place autour de trois axes : "Aller vers : sensibiliser les étudiants à la nécessité de l'appel en cas de mal-être ; Accompagner : faciliter l'accès aux soins en santé mentale ; Evaluer la prise en charge", précise l'académie dans un communiqué.

600 places supplémentaires en premier cycle

Lors de cette conférence de presse sur la rentrée universitaire, le recteur de l'académie de la région Auvergne-Rhône-Alpes a également annoncé une augmentation des capacités d'accueil pour les étudiants pour cette rentrée 2021. La région AURA a fait face cet été à 294 725 candidatures sur Parcoursup contre 267 513 l'an dernier. Un nombre de demandes qui augmente et qui traduit "le rayonnement de la région", selon Olivier Dugrip. 92 000 d'entre eux ont reçu une proposition. Pour faire face à cette augmentation, les universités de la région académique ont créé 600 places supplémentaires en premier cycle d'enseignement supérieur.

Lire : Étudiants sans master : à Lyon, les universités croulent sous les demandes

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut