manif coursiers vélo livreurs Deliveroo Foodora
© Tim Douet

Une campagne de boycott de Deliveroo lancée à Lyon

Les Lyonnais de I-boycott ont lancé une campagne de boycott de l'entreprise Deliveroo pour soutenir les livreurs dans leurs revendications. 

Comme nous l'écrivions mardi, une manifestation de livreurs Deliverro a eu lieu dans l'Hôtel-Dieu. Les coursiers manifestaient “contre la baisse des rémunérations constantes chez Deliveroo, mais aussi pour soutenir la réintégration du coursier parisien Nassim Hamidouche, dont le contrat a été rompu par l'entreprise après sa participation aux grèves parisiennes du mois d'août”. 

Dans la foulée, la plateforme lyonnaise I-boycott, qui permet de lancer des campagnes pour inciter les entreprises et les multinationales indélicates à changer leurs pratiques, a décidé de se mobiliser aux côtés des livreurs en appelant au boycott de l'entreprise de livraison de repas. Ils demandent notamment “que Deliveroo accepte de réévaluer leur grille tarifaire pour assurer un tarif minimum des courses, et une rémunération plus juste répondant aux attentes des livreurs et qu’il donne la possibilité de requalifier le statut d’auto-entrepreneurs aux livreurs pour assurer des emplois plus stables”. 

Deliveroo, l'arbre qui cache la forêt, ajoute I-boycott dans un communiqué. Cette entreprise est loin d’être la seule du secteur à profiter du statut d’auto-entrepreneur, et à ne proposer que des courses peu rémunératrices : Uber, Foodora, et d’autres groupes contribuent également à la précarisation du travail des coursiers. Toutefois, en raison du contexte actuel, qui est la durée de plusieurs semaines des contestations des livreurs de Deliveroo, et l’entretien d’Élise Lucet avec Louis Lepioufle, responsable communication de l’entreprise, nous pensons plus pertinent de viser Deliveroo pour envoyer un message très clair à l’ensemble du secteur”.

à lire également
La préfecture a décidé d'abaisser les vitesses maximales autorisées dans la métropole de Lyon mais n'a pas choisi d'instaurer la circulation différenciée pour cause de Fête des lumières et de mouvements sociaux. 
3 commentaires
  1. vieux caladois - 27 septembre 2019

    Deliveroo, Uber, Foodora...c'est quoi tous ces noms barbares ?

  2. geekborg - 27 septembre 2019

    Foodora n'existe plus en France.

  3. kiradiss69 - 28 septembre 2019

    deja foodora n'existe plus en france. et tant mieux qu'il fassent greve sa libère des crenaux pour ce qui veulent travailler ! il savait tres bien a quoi s'attendre en signant avec les plate-forme de livraison jcomprend pas pourquoi il continu a bosser avec eux si sa leur convient pas qu'ils retourne livrer pour les resto chinois au moins il auront un salaire fixe être indépendant sa a jamais été facile !

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut