Une action à Villeurbanne sur les conditions des réfugiés Syriens

A une semaine de la journée mondiale des réfugiés, le 20 juin, Amnesty International (AI) et l’association Alwane se mobilisent ce samedi 13 juin à Villeurbanne. Leur but : sensibiliser à la fois le grand public et les pouvoirs locaux aux conditions de départs des réfugiés, en particulier syriens.

De 15h à 18h, les deux associations humanitaires seront place Lazare Goujon, pour tenir leurs stands et surtout proposer aux passants de se mettre dans la peau d’un réfugié, le temps d’un coup de crayon. Dans trente villes en France, le public sera invité à dessiner l’unique objet qu’il pourrait conserver s’il devait quitter son foyer pour fuir la guerre. Une exposition de dessins réalisés par des enfants victimes de conflits sera aussi présentée par Alwane, une association d’aide aux réfugiés au proche-Orient.

Amnesty International mène actuellement une campagne pour faire accueillir les Syriens en proie à la guerre qui ravage le pays depuis 4 ans. L’organisation estime que 11 millions de personnes ont dû partir de chez elles, dont un tiers réfugiées à l’étranger. Sur son site internet, AI déclare que "jusqu’à présent la réponse de la communauté internationale face à la crise en Syrie est lamentable. Des pays, souvent parmi les plus riches, n’ont quasiment rien fait. Face à cette inaction, nous appelons les États à accueillir 380.000 personnes, réfugiées, parmi les plus vulnérables. Selon nos calculs, la France pourrait et devrait ainsi accueillir au moins 10 000 réfugiés vulnérables. Depuis 4 ans, elle n’en a accueilli à ce jour que 500."

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut