Image d’illustration Flickr.

Un hébergement va ouvrir à la Croix-Rousse pour les seniors LGBT+

Le conseil municipal de la Ville de Lyon a voté ce mardi à l'unanimité l'ouverture d'une « maison de la diversité » dédiée aux personnes âgées LGBT+ à la Croix Rousse.

Une fois n'est pas coutume, c'est à l'unanimité que le conseil municipal a approuvé, ce mardi en début d'après-midi, un projet  de conclusion par le CCAS à La Croix Rouge Habitat d'un bail à construction pour le lancement de cette maison de la diversité. Porté par l'association « Les audacieux et les audacieuses », qui combat l'isolement des personnes âgées LGBT, ce projet inédit en France verra le jour en 2023.

La résidence sera installée rue de Belfort, dans un immeuble dont est propriétaire le CCAS, au 65 rue de Belfort dans le 4e arrondissement. Sur 500m2 et 3 étages seront créés 15 logements pour les seniors, dont un logement étudiant, mais aussi des espaces collectifs et une chambre d'amis mutualisée. “Le lieu, inhabité depuis plusieurs années, nécessite une lourde et coûteuse réhabilitation”, que prendra en charge l'association, a expliqué Alexandre Chevalier, adjoint au maire délégué aux “liens intergénérationnels et à la qualité de vie des ainés.e.s”.

Dans une intervention émue, ce dernier a rappelé qu' « au crépuscule de la vie, la solitude se fait souvent plus grande quand on appartient à une de ces minorités », et qu' « aux discriminations » que vivent tout au long de leur vie ces personnes, il est injuste que « s’ajoute la peine de devoir vieillir seuls et cachés ». Ce qui se traduit notamment par une fréquence du suicide 2 à 7 fois plus importante chez elles que chez les personnes âgées hétérosexuelles.

Ne pas retourner au placard à 70 ans

“Les résidents [des établissements pour personnes âgées classiques, ndlr] sont à l’image de la société, et certains avec haine contre ce qui n’est pas « blanc catholique et hétéronormé »”, a poursuivi Alexandre Chevalier pour expliquer la nécessité de créer un lieu dans lequel les seniors LGBT sauront qu'ils peuvent vivre en accord avec ce qu'ils sont, sans avoir à “retourner au placard à 70 ans”. La maison, qui ne vise pas à sélectionner les habitants “en fonction de l’orientation ou l’identité de genre” ne sera pas fermée aux seniors hétérosexuels, tant qu'ils respectent la charte du lieu.

“Les personnes âgées sont souvent infantilisées ou désexualisées, effaçant des caractéristiques que certains jugeront pourtant fondamentales dans leur identité” a renchéri Stéphanie Léger, adjointe au maire déléguée à l'éducation. “C'est une opportunité, même dans leurs vieux jours, de poursuivre cette identification, cette revendication voire cette protestation” pour ces seniors qui ont grandi dans une « société catastrophiquement répressive ».

Un projet qui “en plus d'être socialement innovant", illustre le fait que Lyon est une ville “hospitalière, progressiste et humaniste”, a estimé M. Chevalier. “Dans cette assemblée nous sommes la république au moment de voter, et la république n’admet que l’on traite différemment ses enfants en fonction de leur orientation ou identité de genre.” a conclu l'élu. “S'il y avait une raison d'être présent aujourd'hui, ce serait bien pour voter cette délibération. (...) J'espère qu'elle fera école et des émules bien au-delà”, a ajouté quant à lui David Kimelfeld, avant le vote.

 

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut