Ukraine-Irlande du Nord : du mieux pour la desserte du Parc OL

Les améliorations mises en place par Keolis, le Sytral et la préfecture, ont porté leurs fruits. La desserte retour du Parc OL a été plus fluide pour le match Ukraine-Irlande du Nord de l'Euro 2016.

Alors que certains supporters s'étaient plaints de la desserte retour lors du match Belgique-Italie au Parc OL, la situation a été plus fluide pour Ukraine-Irlande du Nord. Keolis, le Sytral et la préfecture avaient mis en place des améliorations, notamment en matière d'information voyageur. Plus de signalisations ont permis de préparer les esprits pour patienter avant de monter dans une navette. Le match s'est terminé à 19h50, les supporters, moins pressés que lors d'une fin à 23h, ont pris leur temps avant d'aller vers les trams et bus.

Des bus plus rapides

Selon Keolis, les trams ont mis 1h40 pour évacuer les voyageurs, soit autant de temps que lors du match Belgique-Italie (1h35). Ce temps d'attente maximum pour les navettes trams semble aujourd'hui incompressible dans une configuration "Euro 2016". Les bus ont été plus rapides avec une évacuation en 45 minutes, contre une heure lors de la précédente rencontre. Naturellement, les spectateurs vont vers les trams, alors que les bus et leur fréquence soutenue sont pourtant plus rapides pour quitter le stade.

La pluie aurait pu entamer la patience des supporters, mais TCL a trouvé la parade. Les agents ont distribué des ponchos imperméables, initiative saluée sur les réseaux sociaux. Prochain match, dimanche 19 juin pour Roumanie-Albanie. La rencontre aura lieu à 21h et fera figure de nouveau test pour les acteurs qui s'occupent de la desserte. À défaut de pouvoir se rendre à vélo au Parc OL, moyen qui reste le plus rapide, les bus devraient être la meilleure solution pour revenir du stade.

à lire également
Interview - Lors d'une réunion de la commission générale du Sytral sur la rupture du contrat Rhônexpress, le maire de Lyon, Gérard Collomb a une nouvelle fois plaidé pour une médiation. Le président de la métropole David Kimelfeld, qui souhaite la fin de la concession, a aujourd'hui le sentiment que certains "cherchent à gagner du temps".
Faire défiler vers le haut