Entraînement du GIGN © Tim Douet
© Tim Douet
Article payant

Terrorisme : les services de renseignement sont-ils défaillants ?

La question revient à chaque attentat. Pourtant, après la dernière attaque terroriste commise sur le sol français, à Trèbes le 23 mars, le ministre de l’Intérieur a reconnu que la surveillance de l’auteur des attaques était alors sur le point de passer “en veille”.

“Ce qui est inquiétant, c’est qu’on continue de penser qu’un petit dealer ne peut pas être un terroriste.” Pour cette source proche des services de renseignement, “c’est le début des emmerdes”. L’auteur des attaques meurtrières de Trèbes, dans l’Aude, était ce “petit dealer”, selon les mots du ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb. Un délinquant de 25 ans vivant dans la cité Ozanam, à Carcassonne, né au Maroc et naturalisé français à l’âge de 12 ans. En plus d’avoir été condamné pour des délits de droit commun – un mois d’emprisonnement avec sursis pour port d’armes prohibé en mai 2011 et un mois ferme pour usage de stupéfiants (et refus d’obtempérer) en août 2016 –, il était également fiché S (“S” comme sûreté de l’État) depuis l’été 20141. Un an plus tard, en novembre 2015, il avait été inscrit au Fichier de traitement des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT) en raison de ses liens supposés avec la mouvance salafiste locale. Un “hybride”, estime le criminologue Alain Bauer, “mi-gangster, mi-terroriste, naviguant entre deux eaux2.

“Haut du spectre”

Il vous reste 85 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

à lire également
David Kimelfeld en meeting à Lyon © Antoine Merlet
Ce mercredi soir, David Kimelfeld tenait son premier meeting officiel en tant que candidat à la présidence de la métropole. Trois jours après le choix de La République en Marche d'investir Gérard Collomb, l'actuel président de la métropole a apporté la preuve que sa dynamique n'était en rien émoussée. Il a réuni autour de lui près de 1 000 personnes.
d'heure en heure

d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut