Du 7 au 21 juin 2018, l’exposition Terminal propose un voyage interdimensionnel, au 42 rue Raulin – © Tim Douet

Terminal : un voyage intergalactique à Lyon du 7 au 21 juin

Le collectif d’artistes lyonnais, Blast, s’apprête à proposer un projet hors du commun. Exposition immersive aux airs de voyage dans l’espace, le travail de Romain Lardanchet, Kalouf, Julien Menzel et de leur équipe s’annonce très surprenant. Lyon Capitale vous propose un avant-goût inédit de l’exposition à découvrir dès le 7 juin au 42 rue Raulin dans le 7e.

Se promener dans un terminal spatial, découvrir des espèces extraterrestres, déambuler au milieu de vestiges intergalactiques, et si c’était possible ? Entre fiction et art, c’est un pari un peu fou que s’est lancé le collectif d’artistes lyonnais Blast. Du 7 au 21 juin, leur exposition Terminal, au 42 rue Raulin, propose de découvrir un monde créé de toutes pièces par leur imagination sans limite. Influences science-fiction et rêves d’enfants rythment la visite. Depuis six mois, Romain Lardanchet, sculpteur, Kalouf, peintre muraliste et Julien Menzel, visual effets designer et artiste lumière, travaillent d’arrache-pied dans une ancienne usine du 7e arrondissement. Epaulés par deux autres artistes, Anti et KatArzis, et par Thibault Gentilini, le chargé des relations commerciales du collectif, ils fabriquent une exposition in-situ qui ne durera que deux semaines. A leurs côtés, Jean-Michel Ostrowski, Rodolphe et Sébastien Bessey, de la galerie en ligne Pandorart, et Catherine Vazeille, de Totem Studio Graphique, s’attellent aussi au bon avancement du projet. "Ce projet nous demande énormément de travail pour seulement quinze jours d’exposition, mais c’est surtout ultra excitant d’avoir la chance de pouvoir le faire et de devoir s’adapter au lieu. C’est ce qu’on attendait depuis longtemps. Et puis si les murs seront détruits, les œuvres elles, seront à vendre, tout ne sera démoli. Quand on est artiste c’est le jeu de se séparer de ses œuvres", explique le sculpteur Romain Lardanchet.

Une exposition expérience

Avec Terminal, les trois artistes lyonnais proposent une immersion aux multiples dimensions, dans un monde de science-fiction. "C’est une expérience qui fait appel à la vue, évidemment, mais aussi à l’ouïe, à l’odorat et au toucher", détaille Romain. "On souhaitait vraiment provoquer des émotions chez le public, et le surprendre, notamment avec l’entrée qui n’a rien à voir avec le reste de l’exposition", poursuit Julien. Les visiteurs seront invités à pénétrer dans le terminal interdimensionnel par une petite salle "étouffante", aux airs de vaisseau spatial. Il faut ensuite passer par un couloir psychédélique aux effets lumières déroutants pour atteindre le cœur de l’exposition : un immense espace coloré au côté duquel se succèdent des pièces étroites aux multiples surprises. Peintures, sculptures, mapping, vidéo, assemblages et mises en scène : tout est pensé pour surprendre le visiteur, et bousculer ses habitudes.

Romain Lardanchet et Julien Menzel s'activent pour terminer leur exposition Terminal avant l'ouverture au public le 7 juin 2018 - © Tim Douet
Dans une salle, un musée d'histoire plus ou moins naturelle, où des animaux naturalisés, pas toujours si mignons sont exposés - © Tim Douet

Projet 100 % récupération

Difficile de monter une exposition avec 0 moyen ? Pas pour le collectif Blast. "98 % de tout ce qui est exposé est issu de la récup", lance Romain. "En arrivant, on a tout démonté pour réaménager le lieu comme on le souhaitait. Les planchers, les barres de fer, les fils électriques… On a construit l’expo avec ce qu’on avait. Le but c’était de ne pas perdre d’argent", poursuit le sculpteur. L’équipe a malgré tout dû se plier à quelques règles pour pouvoir utiliser les matériaux et respecter les consignes de sécurité pour l’accueil du public. Quant au lieu, ils l’ont trouvé grâce à Nicolas Gagneux, patron du géant immobilier 6ème sens. "J’ai déjà travaillé pour lui dans un ancien garage Citroën. Il savait que l’on cherchait un atelier, il nous a donc proposé cette usine qu’il va démolir en août. On ne pouvait pas se priver d’y faire une exposition, ce dont on rêve depuis longtemps", s’enthousiasme Romain. Thibault enchaîne : "Il nous a laissé entièrement carte blanche, il était très emballé par l’idée de l’exposition. C’est quelqu’un de très honnête, qui fait vraiment ça parce qu’il aime l’art. Depuis 6 mois il a une confiance aveugle en notre projet, et il refuse de venir trop souvent pour garder la surprise le jour de l’exposition !"

Pour parvenir au coeur de l'exposition, il faudra composter son billet de voyage dans le vaisseau. Julien Menzel accueillera aussi les visiteurs - © Tim Douet

Le collectif Blast, fondé en 2014, a pu mettre son travail entre parenthèses pour se consacrer uniquement à Terminal. "On est tombé très vite d’accord sur le thème, et le reste s’est construit au fur et à mesure tellement nous étions pris par le temps", se souvient Thibault. Il leur reste quelques jours pour terminer l’installation avant l’arrivée du public. Confiant, Thibault raconte : "On sait déjà qu’on aura beaucoup de monde le soir du vernissage. La semaine sera sans doute plus calme. Tout le monde pourra venir, il y a même des écoles qui organiseront des visites."

En attendant l’ouverture le 7 juin, retrouvez toutes les informations sur le site du projet. Curieux, amateurs ou passionnés de science-fiction, rendez-vous au Terminal pour deux semaines de voyage interdimensionnel. L’entrée sera gratuite ou payante d’un euro symbolique. Sur place, outre les œuvres, il sera possible d’acquérir plusieurs goodies à bas prix : cartes postales, posters, livres, sculptures miniatures… A chacun son souvenir.

Romain Lardanchet contemple et une de ses sculptures - © Tim Douet
L'exposition Terminal est à découvrir du 7 au 21 juin au 42 rue Raulin dans le 7e arrondissement - © Tim Douet

  

à lire également
Vue de l’exposition “Hugo Pratt – Lignes d’horizons”, au musée des Confluences © Manon Heckmann
Le musée des Confluences nous fait découvrir cette année l’univers du dessinateur italien. Avec une exposition de planches bien sûr, mais aussi d’objets des collections du musée que l’on croirait tout droit sortis de ses albums et des aventures de Corto Maltese. De grandes voiles blanches, le bruit des mouettes et de lointains roulements de […]

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

La revue du web
Faire défiler vers le haut