publicité pour une banque sur le téléphérique de Grenoble
Le téléphérique de Grenoble Bastille © Jean-Pierre Clatot/AFP

Téléphérique entre Francheville et Lyon : pourquoi le projet peut encore être abandonné

Dans une longue interview accordée à Lyon Capitale, Jean-Charles Kohlhaas, vice-président du Sytral, détaille le projet de transport par câble prévu dans le plan de mandat du Sytral 2021-2026, la mise en service d'une ligne pour fin 2025 entre Francheville et Lyon en passant par Sainte-Foy-lès-Lyon et la Mulatière. Un projet qui soulève de nombreuses questions. "Ce n'est pas un projet définitif", explique-il, en ajoutant : "Aujourd'hui, on est vraiment sur un avant-projet. Il y a encore deux ans de préparation du projet définitif et de concertation".

Dans le plan de mandat dévoilé par le Sytral fin décembre 2020, il est prévu, pour fin 2025, la réalisation et aussi la mise en service de la première ligne de « transport par câble » dans la Métropole de Lyon, entre Francheville et Lyon en passant par Sainte-Foy-lès-Lyon et la Mulatière. Et depuis cette annonce, les questions, les interrogations sont nombreuses, notamment dans l'ouest lyonnais, directement concerné par ce nouveau transport.

Jean-Charles Kholhaas, vive-président délégué du Sytral, pilote ce projet au Sytral. Il est également 5e vice-président de la Métropole de Lyon, en charge des déplacements, intermodalités et logistique urbaine. Il détaille longuement ce projet dans Lyon Capitale (l'interview en intégralité est à retrouver ici).

"Ce n'est pas nous qui décidons"

Le vice-président délégué du Sytral revient notamment sur le calendrier. "On aura plusieurs comités de pilotages pendant le semestre pour suivre l’état d’avancement. Au printemps 2021, on va présenter le résultat de ces études de faisabilité. Publiquement. Pour que tout le monde ait le temps de se l’approprier. Et à l’automne 2021, on fait une concertation, c’est obligatoire, c’est règlementaire. Pour parler de ce projet, pour que tout le monde puisse bien prendre connaissance du projet, où il passe exactement. Et s’exprimer pour dire, je suis d’accord, je ne suis pas d’accord", explique Jean Charles-Kholhaas.

Donc le projet peut encore être annulé ? demande-t-on. "Bien sûr", souligne-t-il. "Notre objectif, c’est de le faire d’ici 2025. Mais il y a une procédure règlementaire. Nous, on pense qu’il faut le faire. Mais ce n’est pas nous qui décidons. Obligatoirement, il y a une concertation publique. Elle va peut-être dire « plutôt que de passer là, il faudrait peut-être passer là ». Après la concertation, il y a un travail pour améliorer le projet. Et ensuite il y a une enquête publique. Obligatoirement. Donc un deuxième temps de concentration géré par un commissaire enquêteur indépendant. Il rend ensuite un avis. Soit le projet « il est très bien, tout le monde est d’accord », ce qui est rarement le cas. Soit « je donne un avis positif mais je fais des recommandations et des réserves » et donc on est obligés d’en tenir compte. Soit  « le projet il n’est pas bon, annulez-le parce qu’il y a vraiment une très forte opposition ». Pour l’instant, on est très loin de la réalisation".

Lire aussi : Téléphérique entre Francheville et Lyon : "Si une majorité de personnes y sont opposées, on le fera passer ailleurs"

 

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut