Taxe foncière : augmentation "forte mais raisonnable" dans le Rhône

La taxe foncière augmente (+21 % en France entre 2006 et 2011). Mais à Lyon et dans le Rhône, un peu moins qu’ailleurs. Malgré tout si l’accroissement reste "raisonnable", il pèse de plus en plus pour les ménages lyonnais. Et si les collectivités locales en sont bénéficiaires, elles ne sont pas toujours responsables de l’inflation de cette taxe.

+15.1 %, c’est le taux spectaculaire d’accroissement de la taxe foncière à Lyon entre 2006 et 2011. Un chiffre important mais qui reste relativement modeste au regard des chiffres la majorité des autres villes françaises. En effet, la taxe foncière sur les propriétés bâties qui bénéficie aux départements et aux communes, a nationalement augmenté de 21 % sur cette même période. Un bond dénoncé par l’Union nationale des propriétaires immobiliers (UNPI) qui est à l’origine de cette étude.

Lyon et le Rhône bons élèves

Mais le Rhône et Lyon font figure de bons élèves. La ville se place dernière du classement des 5 grandes villes françaises où ce tribut à le plus augmenté, loin derrière Paris et ses 67,90 % d’augmentation. Le Rhône, lui n’a augmenté "que" de 12.77 %. "Une hausse importante mais raisonnable", précise Laurent Brossier de l’UNPI du Rhône. Il estime que "le département joue sur la masse. Le Rhône est dynamique et sa croissance démographique constante, ce qui permet de répartir l’effort". Mais même si elle est plus modérée qu’ailleurs, l’augmentation de la taxe foncière représente une part de plus en plus importante des dépenses des ménages, "jusqu’à trois mois de loyers de retraite ou de salaire", précise l’UNPI. D’autant que cette ascension spectaculaire du taux de ponction se révèle sans rapport avec l’inflation, l’indice de référence des loyers ou même la revalorisation des retraites, toutes, trois fois moindre.

Hausse mécanique

Mais il ne faut pas jeter la pierre aux collectivités locales estime Laurent Brossier. "C’est un cercle vicieux. Si une commune n’augmente pas son taux de taxe foncière, l’Etat estime alors qu’elle est suffisamment dotée et il sera alors plus difficile pour elle d’accéder à des subventions", analyse-t-il. Mais l’augmentation de la taxe foncière n’est pas non plus totalement dépendante des communes et du département. Car même si les deux collectivités locales n’augmentent pas leur taux, la réévaluation annuelle de la base imposable par l’État induit malgré tout une augmentation mécanique de l’impôt. Trop chère ou pas, vous avez jusqu’au 15 octobre pour régler votre taxe foncière.

à lire également
Près de 350 pompiers professionnels du Rhône sont en arrêt maladie et reprochent à leur direction de ne pas entendre leur souffrance depuis des mois, voir des années, face au manque d'effectif dans les casernes.
3 commentaires
  1. nonmaiscepaspourdire - 13 octobre 2012

    C'est vrai que la facture finale est importante, mais au delà on peut constater, et ce depuis de nombreuses années une diminution plus ou moins importante des prestations et autres investissements.

  2. Jean - 19 octobre 2012

    Même constat que nonmaiscepaspourdire.

  3. APOS - 22 octobre 2012

    Em matière de taxes, qu'est ce qui n'augmente pas ? Pour financer quoi ? Ah oui, des équipements COLLECTIFS. Je vois, comme un stade et ses infrastructures que l'on a pas besoin. Les taxes, on en a tout le tour du ventre. Vous avez dit éco………quoi, économies !!!!!

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut