Starbucks à Lyon : images et interview de Cliff Burrows

Après Paris, Starbucks Coffee ouvre cette semaine son premier point de vente en province, et plus précisément au 2 rue de la République, à deux pas de l'Opéra de Lyon. Un emplacement stratégique pour la chaîne américaine qui emploiera une quinzaine de personnes. Starbucks, qui se définit comme le spécialiste du café, vient clairement marcher sur les plates-bandes de son concurrent direct Mc Donald's. Alexandre Rubin, directeur des opérations chez Starbucks semble stimulé par ce challenge : "tant mieux, s'il y a de la concurrence, cela ne nous gêne pas. Je dirais même au contraire, cela nous conforte dans l'idée que les gens en France sont de grands consommateurs de café. Notre enseigne se démarque en proposant toute une gamme de produits spécifiques." Pour Mc Donald's qui a lancé, depuis mars dernier, ses fameux Mc Cafés, le constat est le même : la culture du café en France est très forte. "Nos clients souhaitent avoir un lieu convivial, à tout moment de la journée, autour d'un café de qualité. Cela nous amène à leur offrir le meilleur de nos produits, avec un service raffiné à des prix toujours compétitifs", confesse Jean-Pierre Petit, président de McDonald's France et Europe du Sud. Le géant du fast-food envisage d'implanter, d'ici deux à trois ans, 250 à 300 Mc Cafés dans l'hexagone. Chez Starbucks, on préfère la jouer prudent, ou plutôt fin tacticien, sur l'avenir de l'enseigne en France. "On ne sait pas encore si on va ouvrir d'autres boutiques à Lyon et en province, mais si on devait jauger notre potentiel client après une semaine d'ouverture, croyez-moi qu'on en ouvrirait tous les jours des Starbucks", ironise Alexandre Rubin. Nul doute que le message est bien passé auprès de Mc Donald's.

En chiffres > Starbucks Coffee
Avec ses 14 000 boutiques dans le monde dont une quarantaine sur Paris, Starbucks est présent dans plus de 43 pays en dehors de l'Amérique du Nord. Au 1er octobre 2007, son chiffre d'affaires atteignait 9,4 milliard de dollars (6,3 milliards d'euros).

Razik Brikh

à lire également
L’Hôtel-Dieu rénové vu du Rhône © Tim Douet, 2018
Dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, l’emploi salarié a « légèrement ralenti » au premier semestre. L’intérim revient en force, le chômage reste stable, l’activité hôtelière se porte mieux qu’en 2018. Voici ce qu’il faut retenir de la conjoncture économique du premier semestre de 2019 dans la région. 

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut