Squat du collège Maurice-Scève © Tim Douet
Squat du collège Maurice-Scève © Tim Douet

Squat Maurice-Scève (Lyon 4e) : reconnaissance en vue d'une évacuation prochaine

Les forces de l'ordre effectuent une reconnaissance des lieux ce mardi 6 octobre à l'ancien collège Maurice Scève, dans le 4e arrondissement de Lyon, en prévision de son évacuation prochaine. Depuis deux ans, le squat accueille près de 300 jeunes migrants étrangers.

Sur le plateau de la Croix-Rousse, dans le 4e arrondissement de Lyon, l'ancien collège Maurice Scève accueille aujourd'hui près de 300 jeunes migrants étrangers. Ce mardi 6 octobre au matin, ils ont vu débarquer les forces de l'ordre avec inquiétude. De son côté, la préfecture du Rhône assure qu'il ne s'agit pas d'une expulsion. Pas encore.

Reconnaissance des personnes et des lieux en vue d'une évacuation prochaine

Depuis deux ans, ces jeunes vivent dans le squat, sans toilettes ni chauffage, en attendant une solution de relogement. En septembre 2019, le squat avait obtenu un délai d'un an, pendant lequel il ne pouvait y avoir d'expulsion. Celui-ci est arrivé à son terme le 24 septembre dernier. D'après les occupants et leurs soutiens interrogés par nos confrères de Rue89Lyon, le nouvel exécutif métropolitain s'est engagé cet été à ne renvoyer personne à la rue : les personnes évacuées devraient donc être relogées.

Ce mardi 6 octobre, les forces de l'ordre sont donc venues repérer les lieux, en prévision d'une évacuation du squat. "La métropole de Lyon a demandé le concours de la force publique pour une évacuation, précise la préfecture. Aujourd'hui, il n'y a pas d'évacuation. Les forces de l'ordre effectuent un recensement des personnes présentes, leur identité, et font une reconnaissance des lieux." Une évacuation est donc prévue bientôt. Mais quand ? "Nous ne donnerons pas la date, réplique la préfecture. Je peux juste vous dire que ce sera avant la trêve hivernale." De son côté, la métropole de Lyon confirme avoir demandé une évacuation prochainement, mais dit ne pas être au courant de l'opération de reconnaissance de ce matin, et ne pas pouvoir donner de date précise non plus.

Les deux-tiers des occupants relogés

Concernant le relogement des occupants de l'ancien collège, la question est complexe. Le sort des demandeurs d'asile majeurs relève de la préfecture, celui des mineurs de la métropole. La préfecture affirme que des solutions de relogement ont déjà été trouvées pour la majorité des occupants : "Le relogement de plus de 200 personnes qui ont fait des demandes de titre est en cours. C'est également en cours pour plusieurs demandeurs d'asile. En revanche, il n'y a pas de relogement prévu pour les personnes en fin de droit ou celles qui ont été déboutées de leur demande d'asile. Elles seront mises à l'abri dans le cadre de l'aide au retour volontaire." Pour le moment, la métropole de Lyon, apparemment prise de court, n'a pas annoncé de mesures de relogement pour les jeunes restants.

Lire aussi : Squat Maurice-Scève (Lyon 4e) : "Si ça s'arrête ici, on va partir où ?"

 

 

10 commentaires
  1. JANUS - mar 6 Oct 20 à 12 h 11

    Ni l'état, ni la municipalité n'ont les moyens d'héberger ces migrants illégaux. Basta !

    Signaler un commentaire inapproprié
  2. JANUS - mar 6 Oct 20 à 12 h 15

    .."dans le cadre de l'aide au retour volontaire." On peut en douter, vu la politique gouvernementale et les associations.

    Signaler un commentaire inapproprié
  3. Juan Paolo DELYON - mar 6 Oct 20 à 14 h 03

    Sauf que 90 % d'entre eux sont des demandeurs d'asile tout à fait légaux ... Faut se renseigner un peu !

    Modéré
    1. Abolition_de_la_monnaie - mar 6 Oct 20 à 14 h 30

      Heureusement que notre industrie de l'armement, la 3ème au niveau mondial, fait les choses légalement ! 😀

      Signaler un commentaire inapproprié
  4. raslebol69 - mar 6 Oct 20 à 14 h 40

    "Le sort des demandeurs d'asile mineurs relève de la métropole," mais quand sera-t-il de la vérification de leur age véritable?

    Signaler un commentaire inapproprié
  5. Meritocratierepublicaine - mar 6 Oct 20 à 22 h 05

    Si chaque élu EELV de lyon hébergeait chez lui 1 ou 2 migrants, le sujet serait réglé.
    Avec l'aide des LFI, nous pourrions même leur donner une chambre pour chacun👌

    Signaler un commentaire inapproprié
    1. Abolition_de_la_monnaie - mar 6 Oct 20 à 22 h 23

      Apparemment il y a 8,5 % à Lyon de logements inoccupés (en 2018).
      Je me demande à qui ils appartiennent et quels intérêts ont les propriétaires à faire ça... 😀

      Signaler un commentaire inapproprié
      1. Galapiat - mer 7 Oct 20 à 12 h 41

        Affaire privée et encore heureux que l'on ait pas à justifier ce que l'on désire posséder , certains investissent dans l'art, d'autre des collections, des maitresses ceci se nomme liberté.Tant que l'argent est honnêtement gagné, il fait prospéré le système qui permet à une société d'avancé.

        Modéré
  6. Galapiat - mer 7 Oct 20 à 7 h 33

    Bravo à Lyon Capitale, Abolition à droit à 5 nouveaux "commentaires " trop "censés" pour être compris par le majorité.

    Modéré
  7. Galapiat - mer 7 Oct 20 à 7 h 39

    Où vont ils aller ? la solution retour au pays , nombre d'entre eux des "mineurs " de plus de 20 ans.
    L'expulsion un double avantage , vider les squats , donner un signal aux postulants.

    Modéré

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut