SNCF : "La transparence, pas au rendez-vous" selon Queyranne

Voilà une information qui va faire plaisir au président de la région Rhône-Alpes. La SNCF a annoncé hier, lundi 21 octobre, la nomination d'Alain Le Vern, ancien président (PS) du Conseil régional de Haute-Normandie, au poste de Directeur général Régions et Intercités. Un signal fort envoyé par l'entreprise publique aux régions françaises.

Et justement, Jean-Jack Queyranne, président socialiste de la région Rhône-Alpes se plaignait, lundi, du manque de dialogue de l'entreprise publique avec les régions. "La transparence n'est pas au rendez-vous", martelait-il devant un parterre de journalistes locaux. Il s'exprimait ainsi à quatre jours du débat d'orientation budgétaire (DOB) qui doit permettre à l'exécutif régional de présenter un budget en hausse de 20 millions d'euros en terme d'investissements ferroviaires par rapport à 2013. Un engagement régional fort au moment où les dotations de l'Etat sont en baisse et la péréquation en hausse, à la défaveur de Rhône-Alpes.

"Il faut que les régions soient considérées par la SNCF , et non pas seulement comme des payeurs contraints" a répété le président Queyranne. Il n'a pas mâché ses mots, rappelant par ailleurs que les régions représentent actuellement la moitié des partenaires financiers de la SNCF en terme de projets TER menés par l'entreprise publique.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut