Avocats palais de justice
© Tim Douet

“Sécurité ou liberté : faut-il choisir ?” le débat déplacé à Lyon 3

La conférence sur l’état d’urgence organisée par les avocats du barreau de Lyon aura finalement lieu ce soir à l’université Lyon 3 après avoir été annulée par une contestation étudiante.

Initialement prévue le 11 février à Lyon 2, la conférence-débat “Sécurité ou liberté, faut-il choisir ?” avait été annulée suite à l'occupation d'un amphithéâtre par des étudiants qui réclamaient l'inscription de sans-papiers à la présidence de l'université.

Pour le barreau de Lyon, le fait d'organiser cette fois-ci la conférence à Lyon 3 ne serait qu'une histoire de date, mais aussi de disponibilité de salle. Dès 18h45, l'amphithéâtre Roubier du campus de l'université Jean-Moulin devrait accueillir plus de 350 personnes déjà inscrites à l’événement.

Quelles conséquences sur les libertés ?

La bâtonnière de Lyon, Laurence Junod-Fanget, souhaitait absolument que ce débat ait lieu en février, soit avant que le projet de réforme de la procédure pénale ne soit examiné par le Gouvernement à la mi-mars. À l'heure où la prolongation de l'état d'urgence a été votée, le barreau de Lyon souhaite exprimer ses inquiétudes et la vigilance nécessaire face aux risques d'abus.

Les intervenants de la conférence sont la professeure de droit public Marie-Laure Basilien-Gainche, Yves Mayaud, professeur agrégé de droit de l'université Panthéon-Assas, ainsi que maître François Saint-Pierre, avocat au barreau de Lyon. Le préfet du Rhône, Michel Delpuech, devrait également participer au débat.

La conférence-débat souhaite ouvrir une réflexion accessible à tous sur les projets de réforme pénale et sur l'inscription de l'état d'urgence dans la Constitution, mais surtout évoquer leurs conséquences pour les libertés de chacun. Pour cela, les chiffres du bilan de l'état d'urgence publiés il y a quelques jours par le Défenseur des droits, Jacques Toubon, seront également abordés.

à lire également
Les enfants de l'école Paul Painlevé pendant les activités
L’heure est à la stabilité après un mandat rendu chaotique par les changements de rythmes scolaires. Le travail à venir porte désormais sur le contenu des temps périscolaires. La campagne se menant sur les thématiques environnementales, une course à celui qui propose le plus de bio dans les cantines s’est ouverte.
Faire défiler vers le haut