Sécurité au parc OL : une Majolane dénonce une situation "scandaleuse"

Lorsque qu'une spectatrice de 86 ans a fait un malaise dans l'enceinte du stade Groupama OL training center lors du match de l'OL féminine contre Albi, aucun service médical n'était présent sur le site pour la prendre en charge, assure sa fille.

Un habitante de Meyzieu a fait parvenir un courrier recommandé à Jean-Michel Aulas pour partager ses interrogations sur la sécurité du stade en l'absence d'un service médical lors du match d'hier entre l'OL féminine et Albi. La mère de cette spectatrice, 86 ans, a fait un malaise suite aux 45 minutes d'attente avant l'ouverture du stade, debout et en plein soleil. Évanouie ensuite dans les tribunes, la dame a été aidée par une infirmière qui se trouvait parmi le public, ainsi que par un vigile présent dans le stade. Sa fille constate rapidement qu'il n'y a pas de service d'infirmerie à ce moment-là et s'interroge sur la légalité "d'accueillir 1 500 spectateurs dans une enceinte sans service médical". Aucune civière ne semblait prévue : le vigile a dû transporter la victime dans ses bras jusqu'au point presse.

Deux poids deux mesures entre les femmes et les hommes

"Si une des joueuses venait à se blesser sérieusement comme Kenza Dali récemment, que fait-on ? " s'interroge l'habitante de Meyzieu, qui se demande si elle retournera voir un match des filles dans le petit stade flambant neuf de Jean-Michel Aulas à côté du Grand stade. "Il me semble que lors d'un match où ce sont les hommes qui jouent, le service médical est assuré et des civières sont disponibles en cas de malaise dans les tribunes" précise-t-elle à Lyon Capitale. Elle se demande alors si l'incident survenu hier ne témoigne pas d'un éventuel "deux poids deux mesures entre les matchs des garçons et ceux des filles".

Mise à jour à 13 heures 54 : Le malais a eu lieu dans le Stade Groupama OL training center et non dans l'enceinte du Grand Stade de Décines.

à lire également
Tout juste auréolé d'un 19e titre de champion de France, le club de basket de Lyon-Villeurbanne a entériné son rapprochement avec l'Olympique Lyonnais de Jean-Michel Aulas au début de l'été. Une période charnière pour l'Asvel, dont le président, Tony Parker, livre la stratégie à Lyon Capitale.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut