Rhônexpress sur son quai de départ à la Part-Dieu © Tim Douet
Rhônexpress sur son quai de départ à la Part-Dieu © Tim Douet

Rupture Rhônexpress à Lyon : Collomb avertit et propose une conciliation

Alors que le président de la métropole de Lyon, David Kimelfeld, a initié la rupture de la concession Rhônexpress, le maire Gérard Collomb a livré quelques conseils, mais surtout un étrange avertissement. 

La rupture de la concession Rhônexpress connaît un nouveau rebondissement. Au printemps, la métropole de Lyon et le Sytral avaient lancé des renégociations avec trois objectifs : faire baisser les prix de la navette vers l'aéroport Saint-Exupéry, permettre plus de concurrence et améliorer la desserte de l'est. Ces tours de table ont échoué. Début décembre, le président de la métropole de Lyon, David Kimelfeld, a annoncé vouloir casser le contrat de concession Rhônexpress, détenu par Vinci, Transdev et la Caisse des dépôts (lire ici).

Un comité syndical extraordinaire du Sytral sera organisé en janvier et les élus se prononceront sur la rupture. Sa présidente Fouziya Bouzerda demande également des garanties financières à la métropole de Lyon, pour que cette résiliation n'impacte pas le budget du syndicat mixte.

Collomb demande une conciliation

Vendredi matin, lors d'une commission générale, la question de la rupture Rhônexpress a été abordée. Selon plusieurs élus, le maire de Lyon Gérard Collomb a proposé l'idée d'une conciliation entre la métropole, le Sytral et les concessionnaires, avant de lancer un avertissement. Après avoir rappelé que Rhônexpress et Saint-Exupéry appartenaient tous les deux à Vinci, il aurait indiqué que ce dernier pourrait décide de réduire l'activité de l'aéroport. Plusieurs élus interrogés par Lyon Capitale, ont fait part de leur étonnement après cette sortie qui n'était pas la première de Gérard Collomb sur la question. En juin, devant une large audience, il avait demandé à Fouziya Bouzerda "d'aller doucement avec Vinci", s'inquiétant "des nombreux investissements qu'à l'entreprise à Lyon" (lire ici).

"Une tentative pour gagner du temps ?"

Cette hypothèse de voir Vinci lancer des représailles en pénalisant l'une de ses activités les plus fortes en région est jugée "fantaisiste" selon plusieurs acteurs interrogés par Lyon Capitale. "C'est ridicule" balaie une source proche de Vinci Airports, "Ils sont en train de faire un exemple d'excellente gestion en concession d'un aéroport en France avec Saint-Exupéry, ils ne vont clairement pas gâcher tout cela pour une navette à l'image qui a toujours été délicate. Ce sont deux dossiers différents, on ne peut pas les mélanger".

Du côté, de la métropole, la réaction a été directe : "On se demande si ce n’est pas surtout une tentative pour gagner du temps. Après 8 mois de négociations, Vinci a clairement indiqué ne pas vouloir aller plus loin. Cette résiliation est dans l’intérêt du Sytral, de la collectivité et des contribuables. Pourquoi donc freiner à ce point ?” Le prochain vote début janvier devrait être l'occasion pour les élus de prendre une position ferme sur la question Rhônexpress. Le symbole reste fort, encore plus à quelques mois des élections.

8 commentaires
  1. Hedika@sfr.fr - lun 16 Déc 19 à 10 h 22

    C'est comme même bizarre pour un maire qui s inquiéter des intérêts de la St Vinci et pas de ses concitoyens !
    Je ne fais pas de politique, ce monopole est une honte avec des tarifs les plus cher du monde!
    J'aprouve totalement la rupture du contrat rhone express !
    Quel bonheur pour nos enfants, enfin prendre un billet de transport moins cher que OuiGo, Lyon vers Paris à 10 euros !!

  2. Hedika@sfr.fr - lun 16 Déc 19 à 10 h 27

    Et surtout n oublions pas tl'extension de L EST de Lyon bloqué à cause de Rhônexpress !!!

  3. nico-yzfr6 - lun 16 Déc 19 à 11 h 35

    Il est rigolo Gégé... Vinci renoncerait à développer l'activité du 4eme aéroport français... Dans quel but ? Perdre de l'argent sans doute ?
    Ce mec a été socialiste et depuis qu'il s'est enmarchisé, il est lobbyiste de Vinci. Qu'il dégage.

  4. Els Uego - lun 16 Déc 19 à 12 h 38

    Un sacré parrain à l'ancienne le Gégé :
    comment oser, en tant qu' élu, porter les chantages et menaces d'un groupe privé. Il ne fait pas semblant !

  5. Vallon de Beaunant - lun 16 Déc 19 à 12 h 58

    Collomb promoteur de Vinci. Quand il était président de la métropole, il a négocié le contrat rhone express avec des tarifs ahurissants. Demain il confiera l'anneau des sciences à Vinci...etc. C'est de la collusion. Il y a de nombreuses entreprises dans le monde qui peuvent prendre la suite.

  6. Georges Marchais - lun 16 Déc 19 à 16 h 28

    Voilà la messe est dite, Rhône Express augmentera ses tarifs et sa concession sera prolongée.

  7. Georges Marchais - lun 16 Déc 19 à 16 h 29

    Pour qui travaille collomb ?

  8. PAUL Gabriel - lun 16 Déc 19 à 18 h 10

    Y aurait-il conflit d’intérêt entre la fonction de Maire de Lyon et la multinationale Vinci ???
    Je pense que certains médias ont les moyens de mener les investigations nécessaires pour nous éclairer davantage.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut