Rénovation du canal de Miribel, un projet environnemental à long terme

Le canal fluvial en amont du Rhône va subir d’importants travaux de rénovation sur treize ans. Le coût de l’opération, réalisée par neuf partenaires, est estimé à 42 millions d’euros.

Grand Parc Miribel Jonage

@GrandParcMiribelJonage
Grand Parc Miribel Jonage

Construit en 1840 pour créer une voie navigable en amont du Rhône, le canal de Miribel va subir un grand lifting sur treize ans. Depuis cinquante ans, le lit du canal s'est enfoncé de 4 mètres. Conséquence, les berges s'effondrent et la végétation disparaît, ce qui peut conduire à des crues plus fréquentes.

La première phase du projet de travaux devrait s'étendre jusqu'en 2020. 17 millions seront nécessaires pour “remodeler, adoucir, diversifier les formes du lit et des berges, reculer les digues, restaurer le boisement de berge… autant d’actions qui permettront de ralentir les eaux, laisser circuler ou piéger les sédiments, reconquérir la qualité écologique du fleuve”, précisent les partenaires du projet. Une digue devrait également être construite pour protéger la commune de Thil des inondations.

Neuf partenaires sont impliqués dans ce grand projet, parmi lesquels la métropole de Lyon, l'État, Voies navigables de France, EDF, le Symalin et la communauté de communes Miribel Plateau. Le coût total de l'opération est estimé à 42 millions d'euros. La métropole de Lyon devrait participer à hauteur de 2,384 millions d'euros et la communauté de communes Miribel Plateau à hauteur de 1,164 million.

L’Anneau bleu au cœur de la métropole

Balade à Vélo'v © F. Deligia

La deuxième phase s'inscrit au cœur du projet d'“anneau bleu” qui enserre le grand parc de Miribel-Jonage avec les deux
canaux éponymes. Le projet d'Anneau bleu vise à revaloriser le parc périurbain de Miribel-Jonage. Au cœur de la métropole, le Grand Parc bénéficie à plus de 4 millions de visiteurs par an. Ce grand projet vise à intégrer les quartiers à ce grand site environnemental classé Natura 2000 (site regroupant des espèces sauvages rares ou fragiles).

Le Symalin, le syndicat qui s'occupe de la gestion du parc, perçoit le parc d'ici 2030 comme un espace de loisir et un poumon vert pour la métropole. Le plan de développement du parc prévoit une base de loisirs et des plages autour du lac des Eaux-bleues, mais également un pôle de découverte ludique de la nature au cœur du parc. L'aménagement de pistes cyclables autour de l'Anneau bleu et l'optimisation de la centrale hydroélectrique sur le canal de Jonage sont également prévus.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut