Laurent Wauquiez © AFP

Régionales à Lyon : avec son programme, Laurent Wauquiez joue la carte de la continuité

Laurent Wauquiez a présenté, ce lundi, son programme pour les élections régionales des 20 et 27 juin prochain. Candidat à sa propre succession, il se place dans la continuité du mandat qui s’achève.

À treize jours du premier tour des élections régionales, Laurent Wauquiez a présenté son programme. Dans cette campagne où il ne s’est lancé que tardivement, il était le dernier candidat à ne pas s’être soumis à cette figure imposée de la période électorale. Ce lundi, il a donc présenté son plan pour les cinq prochaines années articulé autour de 100 mesures et chiffré à dix milliards d’euros. Pour Laurent Wauquiez, président sortant du conseil régional, l’exercice se conjugue avec celui du bilan. Le programme concocté par l’ancien président des Républicains et ses colistiers qui s’inscrit dans la droite lignée de son action des six ans écoulés. L’actuel président du conseil régional se fixe un objectif : “nous voulons être la première région à tourner la page de la crise de la covid-19. Nous avons besoin d’une région solide qui soit capable de préparer les chantiers d’avenir comme de s’occuper de la vie quotidienne”.

Priorité à la sécurité et aux relocalisations

Laurent Wauquiez fait de la sécurité sa priorité. Il veut en doubler le budget pour le passer à 320 millions d’euros. Cette enveloppe revue à la hausse doit permettre de doubler les effectifs de la police ferroviaire ou de créer une brigade d’intervention dans les lycées. L’autre grand axe du programme dévoilé ce lundi est économique. Au sortir de la crise de la covid-19, Laurent Wauquiez veut relocaliser des industries et des savoir-faire dans la région. “La crise a été un choc. Nous nous sommes aperçus que les masques ou les vaccins n’étaient pas produits chez nous. Le premier développement durable, c’est de produire chez nous. Nous aurons une force de frappe d’un milliard d’euros. Beaucoup de collectivités sortent de cette crise dans le rouge, mais nous, nous pouvons rendre possibles des relocalisations”, souffle le président sortant. Il liste quelques exemples d’entreprises qui seront accompagnées sur des projets de vélo électrique dans la vallée de l’Arve, d’aéronautique dans l’Ain ou la Loire voire pharmaceutique dans la Drôme ou en Auvergne. Ces dernières semaines, la région a déjà commencé ce travail.

Des évolutions à la marge

D’un mandat à l’autre, Laurent Wauquiez n’entend pas se dédire, mais propose quelques évolutions. Il veut par exemple ouvrir le pass région, dédiée aux jeunes, aux retraités. Après avoir aidé à la construction de maison de santé durant ce mandat, le président sortant veut désormais aider à l’embauche de médecin. “Ce n’était pas notre ligne de conduite, mais sur certains territoires nous n’arrivons pas à attirer des libéraux. Alors nous allons expérimenter en lien avec d’autres collectivités le recrutement de médecins”, explique-t-il. Dans un souci d’agir pour le pouvoir d’achat des ménages, l’équipe de Laurent Wauquiez veut expérimenter à plus grande échelle des actions mises en place par certaines municipalités comme celle de Mornant en proposant de passer par une centrale d’achat régionale pour une mutuelle ou un fournisseur d’électricité.

Pragmatisme

La pollution de l’air sera la grande cause d’un éventuel second mandat de Laurent Wauquiez et de sa majorité LR, dans la foulée d’un travail initié lors de ce mandat dans la vallée de l’Arve. Au travers de cette proposition, Laurent Wauquiez glisse un tacle aux écologistes : “nous avons une différence d’approche avec les verts et l’extrême gauche qui sont dans le sectarisme. Nous voulons d’un environnement qui soit pragmatique et de bon sens. On peut protéger l’environnement et défendre nos emplois”. En matière de transports en commun, Laurent Wauquiez mise aussi sur la continuité. Lors de la renégociation de la convention TER qui lie la région et la SNCF, il veut durcir les pénalités en cas de retard. Sur les grands dossiers d’infrastructures, Laurent Wauquiez se montre plus prudent, rappellent que ce sont des projets de longue haleine. Un positionnement là aussi dans la continuité du mandat qui s’achève.

Laisser un commentaire

Faire défiler vers le haut