Radars dégradés, l'État a déjà des remplaçants plus difficiles à atteindre

Depuis le début du mouvement des Gilets jaunes, plus de 65 % des radars fixes ont été dégradés. L'État a déjà prévu des nouveaux modèles plus difficiles à atteindre et qui culminent à 4 mètres : le radar tourelle. L'un de ces modèles de nouvelles générations est déjà testé à côté de Lyon.

Depuis mi-novembre, et le début du mouvement des Gilets jaunes, plus de 65 % des radars fixes ont été dégradés. Certains ont été recouverts avec des sacs poubelles, Gilets jaunes, ou de la peinture d'autres incendiés. Selon le site radar-auto.com, au moins 250 radars ont été détruits et 2 installations sur 3 seraient dans un état qui ne leur permettrait pas de flasher.

Cela pourrait accélérer le déploiement d'un nouveau type de radar, plus difficile à atteindre, car culminant à 4 mètres de haut, avec des instruments de contrôle à 3 mètres : le radar tourelle. Le Mesta Fusion 2, de son nom technique, a été homologué fin septembre, un radar de nouvelle génération capable de repérer  les vitesses de 32 véhicules en même temps sur plusieurs voies, mais aussi de vérifier les distances de sécurité, les feux rouges non respectés, le port de la ceinture, l'utilisation du téléphone au volant ou les voitures qui ne respectent pas un passage à niveau. Un radar de ce genre est installé à Civrieux-d'Azergues, à côté de Lyon. À terme, 6 000 radars tourelles seront installés en France, avec des modèles leurres, incapables de flasher.

à lire également
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut