Queyranne prépare un budget " anti-crise "

Le vote du budget (2,3 milliards d'euros), lui, interviendra le 15 décembre. Jean-Jack Queyranne a tenu à présenter son budget comme une solution " anti-crise " car " il faut faire face aux répercussions de la crise sur l'économie réelle de Rhône-Alpes ". Le président de la région a réservé ses attaques aux gouvernements et à l'Etat " qui prend les collectivités locales pour des variables d'ajustement ", fustigeant, entre autres, la décision intervenue en 2006 de plafonner la taxe professionnelle qui ampute les recettes de la région de près de 29 millions d'euros. La participation de l'Etat au budget global de fonctionnement de la région devrait être indexée à l'inflation, soit environ 2 %. Elle n'augmentera en réalité que de 1,2 % puisque le gouvernement, par un tour de passe-passe, y inclus le Fonds de compensation de la TVA. Crée en 1976, ce fonds compense une partie de la TVA payée sur les investissements des collectivités en en remboursant une partie. Au total, l'Etat devrait verser près de 55 milliards d'euros à l'ensemble des collectivités pour l'année 2009, soit 1 milliard de plus qu'en 2008. Jean-Jack Queyranne table sur un niveau d'investissement d'environ 700 millions d'euros, stable par rapport à l'exercice précédent. Il juge qu'une " baisse de l'investissement aurait des conséquences " sur l'économie régionale. Pour aider les entreprises à faire face à la frilosité soudaine des banquiers, la région prévoit notamment d'injecter près de 55 millions d'euros pour soutenir les PME, notamment à travers des fonds de garanties de prêts bancaires pour faciliter l'octroi de prêts aux entreprises. Dans un contexte de crise, Queyranne s'est voulu très optimiste et rassurant en construisant un budget " qui préserve sa bonne santé financière " sans augmenter la fiscalité locale. Les Verts, partenaires du PS à la région, tiennent une conférence de presse ce mercredi sur les questions budgétaires. Aucun d'entre eux n'a voulu s'exprimer pour le moment estimant qu'il s'agit de " questions trop importantes ". Il se murmure qu'il pourrait ne pas être d'accord avec les orientations budgétaires de Queyranne et ne pas adhérer à la méthode coué du budget 'anti-crise'.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut