Nordahl Lelandais

Près de Lyon : "Je n'ai jamais voulu le tuer. Jamais, jamais" clame Lelandais à son procès

La cour d'assises de la Savoie a consacré toute la matinée du vendredi 7 mai à l'audition de Nordahl Lelandais. Durant cette audition très attendue, il n'a pas changé son récit de la nuit ou il aurait tué Arthur Noyer.

Une rixe pour un motif futile qui dégénère, une chute mortelle et une panique qui le pousse à éteindre leurs téléphones et cacher le corps d'Arthur Noyer. Voilà la version des faits de Nordahl Lelandais, qu'il a maintenu tout au long de la matinée d'audience, rapporte l'AFP. Malgré les questionnements du président, des parties civiles, de l'accusation et de son avocat, l'accusé est resté inflexible. En début d'interrogatoire il insiste : "je n'ai jamais voulu le tuer. Jamais, jamais, jamais".

Le flou autour des raisons du meurtre

L'un des enjeux de cette audition était de lever les doutes autour du mobile de Nordahl Lelandais. A-t-il cherché à avoir une faveur sexuelle de la part d'Arthur Noyer, qui lui aurait refusée ? "Les choses se sont-elles passées comme tu l'as dit, où tu l'as dit, pour les raisons que tu as dites ?", lance Alain Jakubowicz à son client. "J'ai dit ce qu'il s'est passé. Il n'y a rien de sexuel," répond Nordahl Lelandais.

Interrogé sur sa vie au moment des faits, il explique qu'il n'allait pas bien, tout en restant vague. "J'ai un peu de mal à l'expliquer. C'est un enchaînement d'évènements qui fait que je me perds tout seul", conclut-il. Le verdict est attendu autour du 12 mai.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut