Image : Google Maps

Près de Lyon : 8 mois de prison ferme requis pour l’organisation d’une vingtaine de soirées clandestines

La gérante de la célèbre discothèque de l’Est lyonnais, le César Palace, et son frère sont passés devant la justice ce vendredi 8 janvier pour l’organisation de 22 soirées clandestines depuis le premier confinement.

Institution de la nuit dans l’Est lyonnais, le César Palace, situé à Grenay, en Isère, aurait accueilli 22 soirées clandestines payantes entre le 16 mars et le 1er novembre. La gérante de l’établissement et son frère sont passés devant le tribunal correctionnel de Vienne pour répondre des faits de violation de l’état d’urgence sanitaire, mise en danger de la vie d’autrui, exécution de travail dissimulé et escroquerie.

Selon France 3, le frère de 20 ans, considéré le principal accusé, a déclaré avoir organisé ces soirées pour ses amis avant d’être dépassé par le bouche-à-oreille. Il aurait touché plus de 1500 euros tandis que sa sœur de 32 ans, qui explique n’avoir été mise au courant de rien, a perçu 3000 euros d’aides de l’état dans le cadre du chômage partiel.

Le parquet a requis 8 mois de prison ferme et 5000 euros pour le frère et 6 mois de prison avec sursis pour la sœur. Le procureur a également demandé une amende de 20 000 euros au César Palace en tant qu’entreprise. L’avocat de la défense a, lui, dénoncé la volonté de faire un exemple et a demandé la relaxe pour ses deux clients.

Le tribunal correctionnel de Vienne rendra son jugement le 22 janvier.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut