tempete

Pourquoi donner un nom aux ouragans ?

Rita, Andrew, Katrina, Bob, Carol, ou bien encore Noel : derrière ces noms en apparence inoffensifs se cachent des cyclones tropicaux dévastateurs. Alors qu'elle vient juste de frapper New York et le Canada, Irène perd peu à peu de son intensité. Comment son nom a-t-il été choisi ? Pourquoi nomme-t-on les ouragans ?

Ouragan aux États-Unis, Typhon en Asie, les cyclones tropicaux dévastateurs font régulièrement les gros titres. Actuellement, Irène, rétrogradée au rang de tempête tropicale, inonde la côte Est des États-Unis de ses pluies diluviennes, déchaînant parfois une violence loin de son origine patronymique. En effet en grec, Eirini signifie paix. Ainsi, il ne faudra pas chercher de lien entre le nom d'un phénomène et son origine. Pendant longtemps les appellations étaient distribuées en fonction du Saint Catholique du jour de l'observation. En 1896, le météorologiste australien Clément Wragge décide de donner des noms d'hommes politiques aux ouragans. Un choix qui lui apportera de nombreuses inimitiés, le poussant à y renoncer.

Des noms féminins jusqu'en 79

A la suite de la Seconde Guerre mondiale, les noms sont remplacés par des codes composés de l'année du phénomène associée à une lettre. Ils seront à leur tour substitués par des noms féminins de 1953 à 1979. Face à la levé de boucliers féministes, l'organisation météorologique mondiale décide de mettre en place six listes de prénom français, anglais et espagnols alternant masculin et féminin, à raison d'une liste par an. Pour 2011, les prénoms choisis pour l'hémisphère nord sont donc : Arlene, Bret, Cindy, Don, Emily, Franklin, Gert, Harvey, Irene, Jose, Katia, Lee, Maria, Nate, Ophelia, Philippe, Rina, Sean, Tammy, Vince et Witney. Les lettres Q, U, X, Y, Z sont volontairement exclues, car donnant trop peu de prénoms compréhensibles dans toutes les langues.

Aider les médias

Analyste pour Météo France, François Jobard nous explique pourquoi des noms sont choisis : "Il s'agit avant tout de raison pratique pour les médias. Il est ainsi plus facile de faire passer un message d’alerte aux populations". Par ailleurs, les nominations sont automatiques, même lorsque l'ouragan ne menace pas de zones habitées : "Toutes les tempêtes ont un nom, dès qu'elle dépasse un certain seuil au niveau des vents. Le nom Jose, arrivant après Irène dans la liste vient d'être attribué. Ce matin, à 11h, il était à 770 km au sud de la Nouvelle Écosse avec des vents à 85 km/h. Il ne devrait pas être dangereux pour la Côte Est des États-Unis".

Ne m'appelez plus jamais Katrina.

Dès lors, tous les six ans, les listes sont révisées, certains prénoms conservés, d'autres bannis. Ainsi, un ouragan nommée Irène a déjà touché la côte Est des États-Unis en 2005, mais aussi en 1999. Les mêmes années, Katrina fit tristement parler d'elle, poussant les spécialistes à définitivement rayer le nom de la liste. Régulièrement les noms des ouragans les plus dévastateurs et meurtriers sont retirés pour éviter la confusion dans les esprits.

à lire également
2 commentaires
  1. Martin de Givors - 31 août 2011

    ...''en grec, Eirini signifie paix, mais Peu importe le nom... Au fond qui aime bien châtie bien : merci Irène !La Nature est généreuse, elle nous donne tout. Mais comme une mère qu'elle est elle sait nous rappeler à l’ordre quand on se montre trop ambitieux, exigeant, dominateur, pas suffisamment en phase avec les éléments, en un mot : anthropocentriste maladif. Les plus écocentristes diront : détruis l’environnement et l’environnement te détruira ! La Nature existe, ils l'ont prise en pleine gueule ! Merci Irène pour le courant d’air !Mais pourquoi ce commentaire agressif ? Parce que la majorité des étatsuniens d'origine européenne sont arrogants, irrespectueux, colonisateurs y compris d’une Nature qu’ils dénient, qu’ils renient, qu’ils entendent dominer, maîtriser, exploiter jusqu’à l’abus d’usage. Alors quand ils se prennent un retour de manivelle dans la gueule, c’est un peu mérité. -Eux qui jouent à surcultiver les terres fragiles des Grandes plaines jusqu’à provoquer des tempêtes de sable… -Eux qui pensent qu’un dieu créa le ciel et la terre au seul et unique profit d’Homo sapiens économicus… -Eux qui se rient des leçons du peuple Amérindien et de tous les sages Aborigènes… De l’Agent Orange mortifère aux OGM contre-nature, Monsanto leur va comme un gant. Alors, « thank you satan » pour le courant d’air ! Et à bientôt Irène !

  2. Sylvia - 1 septembre 2011

    @Martin: vous avez oublié de préciser aussi que les américains mangent tous des hamburgers, sont tous milliadaires, et ils qu'ils portent des chapeau de cow-boys

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut