PORTRAIT D'ENTREPRENEUR : BRUNO BERGE, LE CHERCHEUR-ENTREPRENEUR

Les applications sont immenses, notamment dans la téléphonie mobile. Conscient de la rupture technologique, ce chercheur de l'Ecole Normale Supérieur de Lyon brevette son invention puis la propose à Canon... qui l'a refuse. "C'est à ce moment là qu'a germé l'envie de créer". Il décide alors de se former à l'EM Lyon au métier d'entrepreneur. En 2002, il lance enfin Varioptic grâce à des fonds d'un concours. Mais conscient qu'il "reste un chercheur", il embauche un directeur général pour prendre la tête de la start-up. Le choix s'annonce judicieux : quelques mois plus tard, ils signent leur premier contrat avec le géant coréen Samsung. Un bonheur n'arrivant jamais seule, ce contrat leur permet de lever 29 millions de fonds. "On a franchi le plus dur, souligne le DG, Etienne Paillard. Reste maintenant à être retenu par les plus grands opérateurs de téléphonie". L'adoption il y a quelques semaines par STMicroelectronics de la technologie est certainement de nature à dissiper ces inquiétudes.

à lire également
C’est officiel, Safran a choisi Feyzin pour implanter sa prochaine usine, aidé dans sa décision par le tapis rouge que l’État et les collectivités locales ont déroulé. Au terme d’une route pavée de rivalités politiques, de concurrence internationale et de bonnes intentions, 25 millions d’euros de deniers publics ont été débloqués pour attirer l’industriel. Un effort considérable qui pose la question suivante : jusqu’où les pouvoirs publics sont-ils prêts à aller pour réindustrialiser la région ?
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut