Pollution Lyon lever jour © Tim
© Tim Douet

Pollution de l’air à l’Ozone : premier niveau d’alerte activé dans la zone des Côteaux

Le préfet de la région Auvergne-Rhône-Alpes a activé aujourd’hui le premier niveau d’alerte information-recommandation suite à l’épisode de pollution en cours dans la zone des Côteaux.

Dans un communiqué de presse, le préfet de la région Auvergne-Rhône-Alpes annonce la mise en place de conseils à suivre  après l’activation du niveau-information-recommandation suite à l’épisode de pollution que subit la zone des Côteaux.

Réduire ses émissions

Une liste de recommandations à destination des particuliers et des entreprises a été donnée. Pour les personnes vulnérables « il est recommandé de limiter les déplacements sur les grands-axes routiers et leurs abords aux périodes de pointe et de limiter les activités intenses (physiques et sportives dont les compétitions), autant en plein air qu’à l’intérieur. » Pour les autres personnes il n’est pas nécessaire de changer leurs habitudes.

Le communiqué conseil aussi d’éviter d’utiliser certains outils non électrique comme les tondeuses à gazon ou les taille-haies. Même histoire pour les produits de nettoyage comme le « white-spirit, la peinture, les vernis décoratifs, les produits de retouche automobile. »

Une circulation sous condition

Il est préférable d’éviter de conduire avec une voiture dont « la date d’immatriculation est antérieur au 1er janvier 2006 […] éviter la conduite agressive, l’usage de climatisation ; entretenir régulièrement son véhicule. Abaisser sa vitesse de 20km/h sur les voies pour lesquelles la vitesse maximale autorisée est supérieure ou égale à 90 km/h. » Même idée pour les voies limitées à 80 km/h où la vitesse doit être revue 10km/h à la baisse.

Il faudrait privilégier aussi le co-voiturage, les transports en commun avec la mise à disposition du Tick’Air.  Le communiqué demande « d’adapter les horaires de travail, faciliter le télétravail ; faciliter l’utilisation des parkings relais et transports en communs associés ».

Même combat pour les collectivités territoriales

En ce qui concerne l’arrosage, il est demandé d’utiliser des techniques d’arrosage « rendant les poussières moins volatiles […] réduire l’activité des chantiers générateurs de poussières ».

Il est conseillé de « rendre temporairement gratuit le stationnement résidentiel […] Pratiquer les tarifs les plus attractifs pour l’usage des transports les moins polluant », (véhicules électriques, vélo, etc).

Réduire l’activité pour les entreprises

Les Agriculteurs sont priés de « reporter l’écobuage […] et de suspendre les opérations de brûlage à l’air libre de sous-produits agricoles ». Quant aux entreprises, il est demandé de « reporter  certaines opérations émettrices de particules et oxydes d’azote à la fin de l’épisode de pollution  ». Réduire, si cela est possible, l’activité responsable des rejets atmosphériques.

Pour rappel, la pollution de l’air à l’Ozone est aussi appelé polluant « secondaire » car elle n’est pas directement la faute de l’homme et de son activité. Elle est la réaction chimique entre des composés organiques volatiles (COV) qui se retrouvent souvent sous une forme gazeuse comme les hydrocarbures rejetés par l’activité de l’homme et d’autres polluants présent dans l’air, notamment à cause du trafic routier. La réaction se met en place sous l'effet de l'action des rayons solaires.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut