météo ciel nuage soleil pluie pollution brouillard

Pollution : à Lyon, vous pouvez vous-même tester la qualité de l'air

Le laboratoire Atmo-Auvergne-Rhône-Alpes va prêter gratuitement à des habitants de la Métropole de Lyon des micro-capteurs pour qu'ils mesurent, eux-mêmes, la qualité de l'air dans les lieux qu'ils fréquentent au quotidien.

A partir de ce lundi 21 septembre, le laboratoire Atmo-Auvergne-Rhône-Alpes lance l'expérience Captothèque.

La Captothèque, c'est quoi ? Pendant 10 mois, des habitants de la Métropole de Lyon vont pouvoir pendant 15 jours tester la qualité de l'air dans leur quotidien grâce à des micro-capteurs. Ces micro-capteurs sont petits, facilement transportables. Ils mesurent les particules fines PM 10, PM 2,5 et PM 1.

Un micro-capteur distribué par Atmo.

Démocratiser la surveillance de la qualité de l'air

Objectif ? Découvrir l'air que l'on respire, pour que le citoyen devienne un acteur de la qualité de l'air, qu'il se approprie. Et ainsi démocratiser la possibilité de participer à la surveillance de la qualité de l'air. Dans le métro, sur votre balcon, dans votre cuisine, au stade, sur la rocade, vous pouvez mesurer les particules fines de partout.

Tout le monde, tout habitant de la Métropole de Lyon, peut devenir "citoyen volontaire" et participer à cette phase de test en s'inscrivant sur le site de Captothèque, à partir du lundi 21 septembre.

Après 15 jours de test, les volontaires pourront analyser leurs données lors d'ateliers organisés avec les experts du laboratoire Atmo-Auvergne-Rhône-Alpes. Cette phase de test va durer 10 mois. Des expérimentations similaires sont menées à Grenoble et à Clermont-Ferrand.

Cette expérimentation mesure les particules fines, pas le dioxyde d'azote

Atmo compte étendre cette expérimentation plus tard afin de permettre aux habitants de la Métropole de Lyon de mesurer également d'autres polluants comme le dioxyde d'azote. Ces micro-capteurs, distribués lors de cette expérimentation, ne permettent pas de mesurer ce polluant.

Plus d'informations sur la location gratuite d'un micro-capteur ici.

Lyon Capitale s'est procuré un micro-capteur. Nous ferons nous aussi l'expérience pendant 15 jours et nous vous livrerons nos résultats et nos impressions après ce test.

3 commentaires
  1. Signaler un commentaire inapproprié
    Abolition_de_la_monnaie - 17 septembre 2020

    On connait déjà les résultats,
    on sait déjà qu'il y a de graves problèmes,
    mais est-ce que ces capteurs vont permettre une "prise de conscience" et surtout apporter des solutions à l'émission de ces particules ?
    Non, pas vraiment. L'impératif économique monétaire sera toujours prédominant et un flot d'humains continuera à croire que "la voiture c'est la liberté" même si depuis des décennies ils perdent leur temps de vie dans des bouchons.
    Idem pour les autres particules issues de l'industrie... protégeons nos emplois donc... rien ne bougera réellement.
    La solution est de passer à un autre système économique.
    🙂

  2. Signaler un commentaire inapproprié
    PAUL Gabriel - 17 septembre 2020

    Bonjour
    Nombre de particules seul est non significatif.
    Quel type de particule chaque particule peut être nocive ou non nocive pour la vie humaine.
    Dans l'atmosphère circules des particules qui font le tour de la terre (suite aux éruptions volcaniques, vents de sables en provenance des déserts, etc.)
    Certaines particules sur des milliers d'années participent à la fertilisation des sols.
    Notre organisme est très adapté à éliminer ces agents pathogènes.
    Tous les mineurs ou personnes qui travaille dans une ambiance poussiéreuse non pas étés atteints de silicose, il en va de même pour l’amiante.
    Cet article manque d’élément mais contribue à créer une psychose engendrant la peur comme la plus part des articles publiés sur la COVID.

    1. Signaler un commentaire inapproprié
      Abolition_de_la_monnaie - 17 septembre 2020

      Selon vous, parce que "toutes les personnes en présence d'amiante" ne sont pas mortes, il n'y a pas à gérer ce problème ? A votre avis quel % n'ont pas été atteint en travaillant dans des conditions où planent les particules d'amiante ?

Laisser un commentaire

Faire défiler vers le haut