Pollution à Lyon : la police chasse les Crit'Air et distribue les amendes

Avec la mise en place de la circulation différenciée à Lyon, c'est 65 % des véhicules qui ne devraient pas avoir le droit d'entrer dans la ville. Pour faire respecter cette mesure qui intervient en raison d'un pic de pollution à l'ozone, une opération de police avait lieu ce matin dans le 2e arrondissement. Entre pédagogie et répression, les policiers ont multiplié les contrôles.

Contrôle de papiers mais surtout vérification de la vignette Crit’Air ce jeudi à Lyon, alors que la circulation différenciée est en place depuis deux jours. La préfecture a donné des consignes strictes pour faire appliquer la réglementation imposée par cette période de forte pollution. Seuls les véhicules disposant des vignettes Crit’Air verte (véhicule électrique), de classe 1 (violette) et de classe 2 (jaune) peuvent circuler à Lyon et Villeurbanne. Les véhicules disposant d’une vignette Crit’Air 3, 4 et 5 ou sans vignettes n’ont pas le droit de circuler. Les conducteurs qui ne respecteraient pas l’interdiction risquent une amende de 68 euros pour les véhicules légers et 135 euros pour les poids lourds.

"On a une consigne de verbalisation systématique, mais on fait preuve de discernement", souligne un agent. Ce n'est pas la course à celui qui donnera le plus d'amende, la première volonté est que le message passe. Pour Emmanuelle Dubée, préfète déléguée pour la Défense et la sécurité, la mise en place de ce dispositif "est une question de bon sens, c’est un objectif de santé publique de réduire la circulation en cette période de pic de pollution". La préfète poursuit : "la démarche est avant tout pédagogique, le but est de susciter une prise de conscience mais il y a tout de même une volonté d’agir vite [...] c’est la première fois qu’on exclut les véhicules de niveau 3 dès les premiers jours de mise en place du dispositif".

"Je ne savais pas"

Certains conducteurs comme Mathieu, interpellé au volant de sa voiture de Crit’Air 3 s’agace de ces contrôles "Je ne savais pas, je n’étais pas informée, 68 euros d'amende, c'est cher payer pour une étiquette". Mais ce n'est pas l'étiquette qui fait l'amende, mais bien le numéro. Pour ceux n'ayant pas encore de Crit'Air, les agents de police rappellent qu'il est possible de la commander dès maintenant en ligne pour 3,62 euros (voir ici). En attendant de recevoir la vignette, ils pourront présenter le récépissé en cas de contrôle.

La plupart des automobilistes interpellés ce jeudi n’ont tout simplement pas fait l’acquisition de la précieuse vignette, pourtant obligatoire. C’est le cas de Paul "on m'a expliqué comment me procurer une vignette, je ne savais pas que c’était obligatoire", les agents font preuve de pédagogie et le laisse repartir, "demain c’est promis, je viendrais en TCL" promet le conducteur. Selon la préfète "La mise en place de la circulation différenciée sera maintenu jusqu’à la fin de la semaine". Pour l’instant, elle est reconduite pour la journée de vendredi, reste à savoir si ce sera également le cas ce week-end, lors des grands départs en vacances.

3 commentaires
  1. Abolition_de_la_monnaie - 27 juin 2019

    "Ah bon, ma voiture pollue ? Mais m'sieur l'agent je ne savais pas ! On m'a dit le contraire dans les pubs à la télé, et le vendeur m'a garanti que ma voiture était bien plus propre que d'autres !"
    -
    "mais alors, si je paye cher une auto, ça ne veut pas dire que j'ai tous les droits ? Mais... puisque je paye cher, ça me donne des droits supplémentaire, non ?"
    :o)

  2. Galapiat - 27 juin 2019

    le badge "Mobilité réduite" anciennement carte handicap autorise la circulation sur l'ensemble du territoire.Attention le titulaire doit être à bord.

  3. raslebol69 - 23 juillet 2019

    Les points de contrôles ont été si peu nombreux qu'il était facile de dénombrer les véhicules n'ayant aucune gvignette et circulant en toute impunité.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut