Polémique sur la découpe d'un requin à Lyon, le poissonnier MOF s'explique

À Lyon, Jean-Luc Vianey, Meilleur ouvrier de France (MOF) poissonnier, s'est attiré les foudres des internautes et des ONG en découpant un requin-renard entier sur le marché de la Croix-Rousse.

"Ignoble", "indigne", "bad buzz", "boycott", "la honte", "scandaleux", "inadmissible", "lamentable", "criminel"... Le poissonnier lyonnais Jean-Luc Vianey ne s'attendait certainement pas à se voir vilipender de la sorte en place publique. C’est pourtant ce qui lui est arrivé après la découpe, samedi sur le marché de la Croix-Rousse, d'un requin entier. Il s'agissait d'un mâle requin-renard de quatre mètres de long (six avec la queue) pour 192 kilos, une espèce facilement identifiable au lobe supérieur, extrêmement long, de son aileron caudal.

Espèce vulnérable

Depuis janvier 2017, cette espèce fait partie des 107 espèces de poissons classées à l'Annexe II de la Convention de Washington qui a pour but "de veiller à ce que le commerce international des animaux et plantes sauvages ne menace pas la survie de ces espèces". Cette annexe stipule que bien que n'étant pas nécessairement menacées actuellement d'extinction, ces espèces pourraient le devenir si le commerce de leurs spécimens n'était pas étroitement contrôlé. En d'autres termes, "cela signifie que le commerce de ces espèces ne peut maintenant avoir lieu que s’il est prouvé scientifiquement qu’il ne sera pas préjudiciable à la survie de l’espèce à l’état sauvage." (sauf à avoir un permis d'importation et d'un permis d'exportation (ou d'un certificat de réexportation)

Pêche accidentelle

Dans les faits, il s'agissait, dans le jargon de la poissonnerie, d'une "pêche accessoire" c'est-à-dire d'une pêche accidentelle. Joint par téléphone, Jean-Luc Vianey nous a expliqué que "le requin, une espèce vulnérable, a été capturé au large d'une pêche aux maquereaux, en Normandie. Ce n'est pas en principe sa zone de vie, le requin-renard vivant plutôt en Méditerranée ou en Australie. Il était au milieu des maquereaux. Le bateau qui l'a remonté n'était pas équipé pour sauver ce type d'espèce. Plutôt que le rejeter en pleine mer, ils ont choisi de le remonter. Et moi, plutôt que de le voir finir en farine, en pâté pour animaux domestiques ou dans les plats cuisinés industriels, j'ai préféré le faire goûter aux Lyonnais."

Démonstration

Sur le volet réglementation, aucune faute ne peut être reprochée au poissonnier lyonnais, contrairement à ce qu'ont commenté de très nombreux internautes sur les réseaux sociaux. En revanche, ce qui peut-être "condamnable", comme l'écrit justement une internaute sur la page Facebook de la maison Vianey, c'est plus la découpe publique qui en a été faite. "Que le requin soit consommé pour ne pas être jeté, je peux le comprendre mais en faire une animation..." . C'est peut-être là que le poissonnier...a pêché. "On a fourni une explication en boutique le jour-même, mais pas en extérieur. Je reconnais qu'on ne l'a peut-être pas fait de la meilleure des manières. Mais de là à se faire lyncher comme ça..."

Dans un article que Lyon Capitale a publié en février dernier (lire ci-dessous), le Meilleur ouvrier de France expliquait que son évangile à lui était de ne faire que du petit bateau. “Cinq, six heures en mer, basta !” Une pêche “responsable”, à la ligne, à la palangre et au trémail.  "J’ai une responsabilité en tant que poissonnier. C’est inadmissible et intolérable de racler les fonds marins, surtout quand on voit que ça finit à la benne ou en farine !” 

Réchauffement climatique

Selon une équipe internationale d'océanographes et d'écologues, d’ici la fin du siècle, de nombreuses espèces de poissons s'éloigneront des eaux territoriales où ils vivent actuellement pour des eaux plus supportables. Des déplacements de populations d'espèces de poissons ont déjà été observés sur des distances de plus de soixante-dix kilomètres kilomètres par décennie en moyenne.

 

Grandes maisons de Lyon  : Vianey a la pêche

à lire également
Après 45 ans de travail au service de la pâtisserie lyonnaise, la maison Paillasson, située à Saint-Fons fermera ses portes le 14 octobre prochain.
1 commentaire
  1. raslebol69 - 30 avril 2019

    Le grand tord de Jean-Luc Vianey c'est d'être sur le marché de la Croix-Rousse, les réactions sans réfléchir à l'origine de ce requin sont caractéristiques du côté bobo-rêveur-sûr de tout d'une partie de la population de ce secteur.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut