Pesticides Louis
© Tim Douet

Pesticides : tous contaminés ?

La France est le 3e consommateur mondial de produits phytosanitaires (60 000 tonnes vendues/an). Lyon Capitale a voulu savoir à quel point nous y étions exposés. Pour cela nous avons expérimenté le nouveau test d’un laboratoire alsacien, destiné au grand public. À partir d’une mèche de cheveux, Kudzu Science peut détecter une quarantaine de pesticides d’usage quotidien (engrais, antipuces, insecticides, fongicides). Huit testeurs ont tenté l’expérience. Résultats et commentaires d’expert à lire dans Lyon Capitale le mensuel d’avril. Extraits ci-dessous.

Toujours curieux et à l’affût des innovations, Lyon Capitale a organisé un “testing” (…) qui permet de comparer les expositions de huit individus aux modes et aux habitudes de vie différents (alimentation, proximité d’animaux, jardinage, bricolage) susceptibles d’avoir des conséquences sur leur exposition aux pesticides. L’objectif était de se rendre compte de l’influence des comportements individuels par rapport à l’environnement direct. (…)

-------------------------------

Test n° 3 : Influence de l’exposition aux produits de jardinage

Testeur 1 : LOUIS, 30 ans, Lyon 5e

Louis n’utilise pas d’insecticides, ne jardine pas et n’a pas d’animal.

Résultat : 8 pesticides détectés – deux insecticides utilisés pour le traitement des puces et des tiques chez les animaux, un fongicide utilisé en arboriculture et en viticulture, un insecticide à usage agricole et domestique, un désherbant pour les parcs et les trottoirs, un insecticide répulsif contre les moustiques et les mouches, un fongicide interdit en France depuis 1985 (utilisé pour protéger le bois) et un herbicide employé pour traiter les oignons, les échalotes et les asperges.

Testeur 2 : THIBAUT, 33 ans, La Tour-de-Salvagny

Thibaut a un jardin qu’il traite chimiquement. Il a deux chiens, qu’il traite contre les puces, et il bricole.

Résultat : 7 pesticides retrouvés – deux insecticides utilisés pour le traitement des puces et des tiques chez les animaux, un fongicide utilisé en arboriculture et en viticulture, un insecticide à usage agricole et domestique, un insecticide répulsif contre les moustiques et les mouches, un fongicide interdit en France depuis 1985 (utilisé pour protéger le bois) et un herbicide employé pour traiter les oignons, les échalotes et les asperges.

AVIS DE L’EXPERT : Des résidus de cyperméthrine, un insecticide, peuvent se trouver sur les légumes consommés par ces deux personnes. Cependant, Thibaut présente une concentration de cypermethrine plus élevée dans son échantillon que Louis. L’utilisation de produits chimiques dans son jardin pourrait expliquer la différence observée. Contrairement à l’échantillon de Thibaut, celui de Louis contient de l’acide nonanoïque, utilisé principalement comme herbicide dans les parcs et les jardins. Louis étant citadin, il est possible qu’il fréquente plus souvent les parcs que Thibaut, qui n’utilise pas ce produit pour traiter son jardin.

-----------------------------

Une enquête à lire en intégralité dans Lyon Capitale le mensuel d’avril 2012, en vente en kiosques et dans notre boutique en ligne.

à lire également
1 commentaire
  1. ondine67 - 27 mai 2012

    Une bien triste situation concernant les pesticides. Il est difficile de nos jours de trouver une fraise non traitée aux pesticides et ayant du goût... Pourtant, les pesticides qui nous ont étés vendus comme un progrés sont aujourd'hui reconnus comme pouvant être cancérigènes.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut