Perrin-Gilbert dénonce le fonctionnement “mafieux” de la métropole

Nathalie Perrin-Gilbert, la maire (Gram) du 1er arrondissement de Lyon, est l’invitée de L’Autre Direct. Elle justifie le refus de son équipe de tenir, mercredi soir, leur conseil d’arrondissement et dénonce l’organisation de la métropole, qui tend selon elle à faire disparaître les arrondissements lyonnais.

Mercredi soir, les élus “Lyon Citoyenne et Solidaire” ont refusé de siéger au conseil d'arrondissement du 1er, en signe de protestation contre la métropole de Lyon, qui ne fait aucune mention des arrondissements lyonnais dans son pacte de cohérence métropolitaine. Ce “pacte” est le document qui érige les règles de fonctionnement de la nouvelle collectivité. "C'est un acte inédit dans l'histoire politique lyonnaise", précise Nathalie Perrin-Gilbert, qui aimerait que les maires d'arrondissement puissent siéger dans la conférence des maires Lyon-Villeurbanne.

“Un fonctionnement népotique, voire mafieux”

Pour Nathalie Perrin-Gilbert, l'absence des arrondissements confisque le débat politique et renforce la technostructure métropolitaine. Pour la maire du 1er arrondissement, la nouvelle organisation de la métropole ne va pas permettre de sortir de l'actuelle phase de négociation entre le président Collomb et les élus locaux. "La démocratie, ce n'est pas des tractations de pouvoir, un fonctionnement népotique, voire mafieux (...) Du genre : si tu ne votes pas cette délibération, tu seras puni", dénonce-t-elle.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut