La mouvement de grève a été suspendu sur le site de TotalEnergies à Feyzin après 42 jours de mobilisation. (Photo Hadrien Jame)

Pénurie de carburant à Lyon : de nouvelles réquisitions à Feyzin ce mercredi 

Dix employés de la raffinerie de Feyzin ont été réquisitionnés ce mercredi matin par les services de l’État pour permettre l’alimentation en carburant des stations-service de la région, dont plus de 30% sont encore à sec. 

Mardi 18 octobre, au soir de la mobilisation générale appelée par de nombreux syndicats, dont ceux des employés des raffineries de TotalEnergies, environ 1/3 des stations-service de la région Auvergne-Rhône-Alpes étaient encore sujettes à des pénuries de carburant. Ce mercredi matin, dès 6 heures, des employés du site de Feyzin ont donc été réquisitionnés, nous a précisé la préfecture du Rhône confirmant une information de BFM Lyon. 

10 employés réquisitionnés

De sept lundi, le nombre de salariés réquisitionnés est passé à 10 ce mercredi matin, aucune réquisition n’ayant eu lieu mardi lors de la mobilisation générale. Selon nos informations les salariés concernés ont été notifiés hier en fin de journée ou ce matin à leur arrivée sur leur lieu de travail. Du côté de l’État on assume de ne réquisitionner qu’un "nombre limité de salariés pour ne pas contrevenir au droit de grève", alors que la CGT, selon Le Progrès, annonce encore près d’une centaine d’employés de la raffinerie de Feyzin en grève ce mercredi pour demander une revalorisation de leur salaire à hauteur de 10%.

Lundi, une cinquantaine de camions avaient pu quitter le centre de stockage de la raffinerie de Feyzin après les réquisitions. (Photo Hadrien Jame)

 

Lire aussi : Pénurie de carburant à Lyon : la raffinerie de Feyzin réquisitionnée, la grève reconduite

Des réquisitions et une manière d’opérer de la part des autorités qui ne passent pas pour les syndicats et les grévistes. "Nous l'avons appris par une dépêche AFP reprise par BFM", dénonçait mardi Pedro Alfonso, délégué syndical CGT à Feyzin, lors d’un rassemblement devant la préfecture. Selon lui, les forces de l'ordre sont venues au domicile des personnes réquisitionnées : "Vous imaginez bien le traumatisme pour les enfants". L’union départementale CGT69, elle, insiste sur le fait que "ce sont les grévistes qui décident de la reprise du travail et non ceux qui ne sont pas impliqués dans le mouvement. L’état, en réquisitionnant les salariés a choisi son camp : soutenir les actionnaires plutôt que les salarié-es, créateurs de richesses".

Lundi 7 salariés du dépôt de Feyzin avaient déjà été réquisitionnés. 

1/3 des stations touchées par les pénuries

Lundi, alors que près de 40% des stations-service de la région étaient touchées par des pénuries de carburant après le week-end, les réquisitions avaient permis la sortie de plus d’une cinquantaine de camions de ravitaillement du centre de stockage de Feyzin. Contre une dizaine depuis le début du mouvement social, alors qu’en moyenne 250 camions quittent le site chaque jour. Mardi soir, la préfecture du Rhône estimait que les livraisons de carburant effectuées depuis lundi avaient permis de ramener à environ 30% le nombre de stations-service touchées par des pénuries.

Lire aussi : "Il faut l'indexation des salaires sur l'inflation" : à Lyon, environ 2 200 ont répondu à l'appel des syndicats

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut