En travaux depuis quatre ans, la place Béraudier dévoile ses premiers aménagements. © AUC

Ouverte et végétalisée, à la Part-Dieu la place Béraudier finalisée d'ici un an à Lyon

En travaux depuis quatre ans, la place centrale du quartier de la Part-Dieu à Lyon dévoile ses premiers aménagements. Fin de chantier prévue en 2025.

La Métropole et la ville de Lyon présentaient ce mardi l'état d'avancement du chantier de la place Béraudier. Lequel s'inscrit dans un vaste projet de reconfiguration du pôle d'échanges qu'est la Part-Dieu à Lyon. En travaux depuis 2019, cet espace de 10 000 mètres carrés devrait ainsi voir le jour en 2025. Un chantier colossal devant répondre à des flux de voyageurs de plus en plus grands. Il s'agit également d'en faire "un espace de vie agréable, ouvert et végétalisé", promet le maire de Lyon Grégory Doucet. Dans cette optique, le projet comporte notamment des terrasses, des commerces, des parkings et des stations vélos répartis sur deux niveaux.

Une place végétale sur deux niveaux

Face à la hausse des températures, la place haute a été pensée comme un îlot de fraicheur, dont les voyageurs profiteront au sortir de la gare. La végétalisation de celle-ci est donc au cœur du projet. "Nous avons réalisé des fosses pour planter les arbres en pleine terre", évoque Béatrice Vessiller, vice-présidente de la Métropole en charge de l'urbanisme. Au total, 37 nouveaux arbres s'ajouteront aux 28 existants dont des cèdres, érables et chênes. Neuf massifs de nature seront ainsi répartis sur la place, soit 730 mètres carrés de verdure. Par ailleurs, les maitres d'œuvre ont opté pour du granit venu d'Espagne et de Bretagne pour le sol. "La variation entre les deux permet de limiter la réflexion de lumière et donc l'éblouissement", explique François Dacoster, de l'agence d'architectes AUC.

"Nous avons dégagé la partie supérieure de la place de toutes les fonctions nécessaires à un tel pôle multimodal mais qui l'auraient encombrée. Elles seront toutes au niveau inférieur"

Florent Sainte Fare Garnot, directeur de la SPL Part-Dieu
Tweet

Quant à la place basse, elle sera dédiée aux mobilités et commerces. "Nous avons dégagé la partie supérieure de la place de toutes les fonctions nécessaires à un tel pôle multimodal mais qui l'auraient encombrée. Elles seront toutes au niveau inférieur", détaille Florent Sainte Fare Garnot, directeur de la Société publique locale (SPL) Part-Dieu. Cet espace comprendra ainsi un nouvel accès au métro B, un dépose-minute, une zone taxis et 1 000 places de parking. Cependant, l'accent sera surtout mis sur le vélo, mobilité favorite de la métropole lyonnaise. Une rampe centrale reliera ainsi le haut et le bas de la place, en bas de laquelle se trouveront 1500 places de vélos. La végétation sera également présente dans cette partie puisqu'une jardinière boisée de 280 mètres carrés. Pour abriter celle-ci, un auvent stylisé de 15 mètres de haut la couvrira.

Lire aussi : Parking Béraudier Lyon Part-Dieu : combien de places pour les vélos ?

La structure du futur auvent, vue de la place basse. © Laurence Daniere

Une livraison partielle de la place en novembre

Si l'ensemble du projet doit être livré en 2025, certaines parties seront accessibles un peu plus tôt. "La place basse sera terminée dès novembre, comme la partie sud de la place haute", annonce Bruno Bernard, président de la Métropole de Lyon. Les Lyonnais pourront donc profiter de la jardinière et des nouveaux aménagements souterrains à l'automne. Également, la nouvelle galerie de la gare sera ouverte le 25 juin, suivie en septembre du passage Pompidou.

Lire aussi : Chantier de la Part-Dieu : l'accès piéton à la gare ouvert d'ici l'automne 2024

Une fois le chantier achevé, l'aménagement de la place et de ses alentours devrait permettre de connecter la nouvelle galerie de la gare au reste du quartier. La place sera donc pleinement intégrée à l'espace public pour assurer une continuité dans le quartier. Le tout reliera notamment la tour To-Lyon, la rue du docteur Bouchut ou encore la bibliothèque municipale de Lyon. Le budget total de l'opération dépasse ainsi les 30 millions d'euros. En effet, la place Béraudier aura coûtée à la Ville et la Métropole 14 millions d'euros et la place basse 17,6 millions.

La jardinière centrale imaginée pour la place basse. © BASE

Laisser un commentaire

Suivez-nous
tiktok
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut