Image d’illustration. (© Tim Douet)

Nonagénaire renversée à Lyon par une trottinette : le juge demande une nouvelle audience

Ce jeudi 5 mai, le juge a demandé une nouvelle audience pour le chef d’entreprise de 51 ans qui avait renversé une nonagénaire sur la place Bellecour (Lyon 2e) alors qu’il conduisait une trottinette électrique. En cause : une possible erreur de plume dans le dossier présenté au juge.

Déception et stupéfaction ce matin pour les proches de la victime et pour le conducteur de la trottinette ayant percuté une nonagénaire qui traversait un passage piéton à Bellecour (Lyon 2e) le 23 juin 2021. Le juge a demandé une nouvelle audience suite à un refus d’homologation.

En cause : dans un document envoyé au juge par le parquet, il est indiqué que la victime a reçu une période d’ITT inférieure à trois mois alors que dans les faits, cette période était supérieure à trois mois. Une possible erreur de plume qui a empêché le juge de mener l’audience ce matin.

Une nouvelle audience au tribunal correctionnel

En effet, il a expliqué ne pas pouvoir juger le dossier car la qualification juridique des faits ne correspond pas avec ce qu'il s'est réellement passé. " On ne peut pas demander à un juge de tordre la loi ", a-t-il expliqué lors de l'audience. Résultat: une nouvelle audience va prendre place, cette fois-ci devant le tribunal correctionnel. La date est encore inconnue.

Des faits qui datent de juin 2021

Âgée de 96 ans au moment des faits, la nonagénaire traversait un passage piéton dans le secteur de Bellecour (Lyon 2e) lorsqu’elle a été percutée par une trottinette électrique le 23 juin 2021. Un accident entraînant une tétraplégie parésie incomplète pour la retraitée.

Aujourd’hui, elle a perdu l’usage de ses quatre membres, elle est désormais en mesure d’effectuer seulement des micromouvements alors qu’elle était " totalement autonome " avant l’accident, selon une de ses filles. Le conducteur avait reconnu les faits et était donc présenté aujourd'hui en comparution avec reconnaissance préalable de culpabilité au Tribunal de Lyon.

" Une erreur administrative décale tout "

Pour l'heure, c'est une nouvelle attente qui s'annonce pour la victime et ses proches ainsi que pour le conducteur. " Tout est reporté, nous avions trouvé un accord et une erreur administrative décale tout ", regrette une des filles de la victime. Le plus important pour les proches et pour le conducteur : que ça ne se reproduise pas et que la conduite des trottinettes soit plus règlementée. Comme l'annonçait Lyon Capitale en février dernier, les accidents de trottinettes électriques causeraient 2000 blessés par an à Lyon.

Lire aussi : Les accidents de trottinettes électriques causeraient 2000 blessés par an à Lyon

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut