Ne coupez pas le poste, dosez le son !

Entre sensibilisation et expérimentation, retour sur un événement organisé pour éduquer à " bien écouter la musique ".

Une batterie, une guitare électrique, un violon, une basse et une cornemuse sont installés sur la scène. A première vue, un concert aux allures rock est sur le point de démarrer. Le public applaudit chaudement l'entrée en piste du groupe l'Emigrant. Lorsque le premier morceau s'achève, la chanteuse donne le ton : " Nous sommes ici pour vous sensibiliser aux risques et dangers d'une mauvaise écoute musicale ".

Depuis 2006, des concerts pédagogiques alliant sensibilisation et expérimentation ont lieu dans plusieurs salles de la région (une vingtaine de concerts comme celui-ci a déjà été jouée dans la région depuis le 21 avril, une dizaine d'autres auront lieu jusqu'au 28 mai). A l'origine de cette action, la Nacre Rhône-Alpes, qui coordonne un dispositif de prévention des risques auditifs liés à l'écoute musicale. Et l'Emigrant est l'un des deux groupes sélectionnés pour ces performances musicales pédagogiques.

Partenaire dès le début de l'action, la salle du Ninkasi-Kao a accueilli, ce mardi, 600 collégiens sur une journée comprenant deux shows, un le matin, l'autre en début d'après-midi. Son responsable Richard Laporte s'en réjouit : " L'idée principale de cette journée n'est en aucun cas de dire aux jeunes que les concerts sont dangereux mais de les éduquer à une bonne écoute de la musique, afin de pouvoir en profiter de façon optimale sans se détruire les oreilles ".

Long d'une heure et quinze minutes, le concert a donné lieu à des intermèdes pédagogiques. Tour à tour, les musiciens ont expliqué au jeune public l'importance d'une sensibilisation aux problèmes auditifs, en particuliers pour " la génération boîte de nuit et baladeurs ". De l'importance du calcul sonore en décibels comme objet de contrôle jusqu'à l'histoire de l'amplification et ses dérives en passant par les dangers de la perte d'audition ou des problèmes liées à l'acouphène, chaque break est une nouvelle leçon pour les jeunes écoliers.

Après une demi-heure de scène, les spectateurs ont assisté à une expérience originale. Une simulation de perte auditive. Alors que le groupe est en pleine démonstration, la voix de la chanteuse s'entend de plus en plus bas. La musique est sourde et le malaise prend place dans la salle. Une minute trente plus tard, la musique revient en écoute normale et la simulation prend fin. Autre expérimentation : la sensation éprouvée par une personne souffrant d'un acouphène durant trois minutes conclut cette période de simulation expérimentale.

A la fin du concert, les musiciens ont invité les collégiens présents dans la salle à participer au débat. " Alors, et vous, qu'est-ce que l'on doit faire à votre avis pour ne pas se retrouver avec l'ouïe d'une personne de 70 ans à votre âge ? " a demandé le guitariste. " La solution la plus simple, c'est d'arrêter d'écouter de la musique ", a lancé avec malice un petit blond au fond. Rires dans la salle. " C'est vrai, mais tu oublies qu'il n'y a pas que la musique qui peut causer des problèmes d'audition. Essaie de penser aux bruits dans une cantine scolaire et tu comprendras que le problème vient d'ailleurs ".

L'importance de cette journée dépasse évidement le cadre des concerts de musique. Certains conseils ont été donnés aux jeunes comme ne pas écouter de la musique à pleine puissance plus de dix minutes par jour, faire des pauses lorsqu'on écoute de la musique forte et penser à se protéger en utilisant des bouchons lors de certains concerts, ou en discothèque. Pour reprendre l'hymne du concert, " une seule solution, dose le son ".

Emeric Merlin

La photo (Emeric Merlin) ne représente pas le groupe l'Emigrant

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut