justice

Monsanto jugé hier en appel à Lyon

La firme agrochimique Monsanto était jugée en appel le 28 mai à Lyon. Elle risque une condamnation pour "intoxication à un herbicide" d’un agriculteur charentais en 2004. Verdict le 10 septembre.

La firme Monsanto, productrice mondiale de pesticides et d’OGM, était jugée en appel hier à Lyon. Alors qu’une marche contre l’entreprise avait mobilisé des détracteurs aux quatre coins de la planète samedi 23 mai, l’éventuelle condamnation pour "intoxication à un herbicide" pourrait être une première internationale. Le verdict est attendu le 10 septembre.

La plainte provient de Paul François, un agriculteur charentais, qui avait inhalé de fortes quantités de Lasso, un herbicide, en nettoyant ses cuves en 2004. L’homme avait par la suite été frappé de nausées, maux de tête, crachats de sang, malaises, qui l’avaient obligé à interrompre son travail durant un an.

La cour d’appel de Lyon examinait hier le recours de Monsanto, reconnu "responsable" en première instance de l’intoxication de Paul François en 2012. La stratégie des avocats de la firme a été de nier le fait que les troubles de l’agriculteur soient dus au produit de l’entreprise : "Les dommages invoqués de M. François n'existent pas. C'est extrêmement clair. A partir du moment où un préjudice n'existe pas, on voit difficilement comment Monsanto pourrait être responsable", ont-ils déclaré hier, selon l’AFP. Une stratégie vue comme de l’acharnement pour la famille charentaise et son avocat : "On jette le discrédit sur Paul François, sur sa famille. On remet en cause tous les éléments de preuve qu'on apporte. C'est exténuant. La coupe est pleine aujourd'hui. Je crois vraiment qu'ils sont allés au bout de leur démarche de mauvaise foi. J'espère que la Cour d'appel confirmera le jugement", a fait savoir Me Lafforgue, qui défend l’agriculteur. Des composantes de l’herbicide avaient été retrouvées dans l’organisme de Paul François lors d’analyses en 2005.

à lire également
Rodéos urbains, tirs de mortiers, nuisances sonores, violences... Face à la recrudescence des actes troublant l'ordre public et exaspérant une partie des Lyonnais - qui ont lancé une action collective contre le préfet du Rhône et la ville de Lyon - le procureur de la République de Lyon, Nicolas Jacquet, livre pour Lyon Capitale les mesures prises par le pouvoir judiciaire pour lutter contre l'insécurité et les incivilités.
2 commentaires
  1. SophieV - 29 mai 2015

    Espérons que Justice sera rendue; Monsanto est un ogre. Espérons aussi une prise de conscience des agriculteurs sur des pratiques mortifères pour eux et les consommateurs

  2. Robes Pierre - 29 mai 2015

    Monsanto patiente, bientôt avec le traité TAFTA en discussion secrète États Unis avec les gouvernants européens ce sont ces multinationales qui mèneront les états devant des tribunaux privés , règleront 'à leur façon'la vie de milliards de citoyens. Inutile de chercher la réaction de vos élus,Sénateurs, Députés, ceux qui savent ont fait serment de ne rien dire, ceux qui pourraient ou voudraient parler n'ont pas accès aux documents en cours d'élaboration. Quant au gouvernement quand les français le décideront il devra rendre des comptes au peuple

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut