Métro de Lyon – Mars 2019 © Antoine Merlet
© Antoine Merlet

Mobilité et TCL à Lyon : l'urgence c'est maintenant !

Édito - 2025, 2030, 2040, voire même 2050 : pour ces élections municipales et métropolitaines de Lyon, les candidats ne vont pas manquer de proposer des projets de mobilité à des horizons parfois très éloignés. Pourtant, pour toute personne qui ne se déplace pas en voiture avec chauffeur, l'évidence saute aux yeux : l'urgence, c'est maintenant !

La congestion sur les routes, des aménagements cyclables qui servent de parkings temporaires aux voitures, des transports en commun TCL bondés, des bus coincés dans les bouchons fautes de voies dédiées, des bagages oubliés dans des stations centrales qui bloquent plusieurs lignes de métro ou tramways... certains jours, se déplacer dans Lyon peut prendre des allures de promotion pour le télétravail. La ville continue inlassablement de grandir, le trafic des véhicules baisse doucement tandis que le report vers les transports en commun et le vélo battent des records inédits.

Pourtant malgré ces solides croissances, qui sont très loin d'être des épiphénomènes, la demande dépasse largement l'offre : certains aménagements cyclables commencent à être sous-dimensionnés, les bus, métros et tramways restent saturés en heure de pointe, les renforts d'offre comblent tout juste les retards, sans jamais jouer le coup d'après. L'arrivée de la 4G dans les métros met de plus en plus en lumière les conditions déplorables dans lesquels voyagent parfois les voyageurs. Depuis que le réseau mobile est disponible, apparaissent des "Stories" et autres messages photo à l'appui montrant des quais ou rames bondées.

Vendre du rêve, sans penser à aujourd'hui

Pour cette campagne des élections municipales et métropolitaines, les élus commencent à sortir des projets pour 2025, 2030, 2040, voire 2050. Mais lorsqu'il s'agit de répondre à l'urgence, le concret se fait attendre.

Qui proposera un plan qu'il est possible de mettre en place dès 2020 ? Qui sortira de sa zone de confort et des grands clichés habituels comme le téléphérique ou le fluviale à toute les sauces pour s'attaquer aux problèmes du quotidien ? Qui sera suffisamment proactif pour trouver des solutions rapides sans tomber dans le greenwashing ou promettre des infrastructures qui n'ont pas le moindre centime de financement ? Qui aura le courage de ne pas mentir aux autres, ou à lui-même, sur l'impact d'un projet, de tout poser à plat, d'écouter les habitants de la métropole, les chercheurs, scientifiques dont les modèles mathématiques ont fait leur preuve, de regarder ce qui fonctionne ailleurs ? Qui ouvrira enfin le débat sur l'occupation de l'espace au sol largement dominé par des véhicules toujours plus grands qui ne transportent qu'une seule personne ?

Citoyens, journalistes, associatifs, il est de notre responsabilité de demander aux élus et candidats ce qu'ils vont faire maintenant, sans attendre. Car si les projets à 2025, voire jusqu'en 2050, peuvent faire rêver, qui peut dire ce que deviendra la mobilité d'ici une trentaine d'années ? Construire le futur, c'est être en mesure de proposer des projets qui pourront être mis en place dès 2020. Le reste n'est que promesse qui n’engage que ceux qui y croient et ne vivent peut-être pas le quotidien de milliers de Lyonnais dont la patience touche à ses limites.

9 commentaires
  1. renaud pierre - 2 décembre 2019

    Bravo et merci pour cet article. Et oui, les usager.e.s, premiers experts du réseau sont aussi les premiers à se rendre compte à quel point les transports en commun restent largement tributaires d'un aménagement urbain qui consacre l'automobile. Dans les projections "2050" de Mme Bouzerda auxquels vous faites références et auxquels le Progrès a consacré deux pages ce matin, il est significatif que la présidente du Sytral n'ait pas évoqué une seule fois l'intégration du réseau TER et tram train aux plans de déplacements sur la métropole. Ce rapprochement parait pourtant, à l'instar de ce qui se fait dans la plupart des grandes villes européennes, un des axes les plus évidents pour élargir très rapidement et à moindre coût l'offre de transports. Un principe de subsidiarité TCL/SNCF en la matière permettrait de penser globalement les transports et d'investir ailleurs que dans le doublement métro de lignes de train existantes. Pour prolonger, je me permets de glisser une tribune sur le sujet que j'avais écrite en ce début d'année. https://www.mediacites.fr/forum/lyon/2019/01/30/contre-la-hausse-des-tarifs-des-tcl-defendre-des-transports-pour-tous/

    1. Ampeth - 3 décembre 2019

      S'il vous plaît n'oubliez pas tous ceux qui habitent en périphérie de Lyon en zone rurale et qui n'ont à ce jour pas dautre possibilité que de prendre leur voiture pour partir de chez eux. Nous rêvons d'immenses parking en dehors de Lyon sur les principaux axes routiers vers l'est l'ouest le nord et le sud ou nous pourrions laisser notre voiture et prendre un RER qui passerait toutes les 10mn et non un train passant toutes les heures et de façon aléatoire au lieu de cela les parking relais sont trop petits et pleins dès 7h30...je suis née et j'ai grandi à Lyon, Croyez bien que nous sommes les premiers désolés de faire partie des flots de voitures qui se deversent dans Lyon tous les matins je préférerais tellement faire le trajet en 20mn de RER plutôt qu'en 1ou 2h de bouchon! dommage que les 300 millions du musée n'aient pas été investis dans des RER avec parking. La réflexion doit donc dépasser le cadre de Lyon pour trouver de solutions efficientes (notons que de tels dispositifs existaient déjà dans certaines villes comme Washington en 1990!)

  2. olivier delucenay - 2 décembre 2019

    On a organisé la congestion de la ville, la saturation des routes et transports collectifs avec une densification idéologique depuis 20 ans.
    Lyonnais depuis 12 ans, j’ai constaté l’embolie progressive de la ville et l’inconfort croissant dans les métros et tramways saturés, ce qui génère pertes de temps, tensions et incivilités.
    Oui il faudra un nouveau programme de mobilité à moyen terme et changer l’équipe municipale qui est responsable de cette situation par manque d’anticipation.
    J’apprécie les propositions d’Etienne Blanc et François Noel Buffet qui font des propositions en lien avec la région sur l’aire urbaine quand Gérard Collomb a cherché à concentrer toutes les activités dans la ville centre sans d’ailleurs trouver la solution sur la hausse exponentielle des prix immobiliers.

    1. Abolition_de_la_monnaie - 2 décembre 2019

      Dites, vous allez bientôt nous dire que les gens de LR sont contre les tours qui vont se construire à Lyon et qui vont apporter encore plus de concentration (qu'apparemment vous dénoncez ici), et qui font aussi le bonheur des grands groupes du BTP que vous soutenez ?
      😀
      Y'aurait pas comme un problème dans votre présent discours de soutien à des LR ? 😉

  3. romain69 - 2 décembre 2019

    il faut agir vite et avoir un vrai plan de deplacement mobilite et donc de ne pas faire l'anneau des science qui couterai plus de 5 milliards et a la place mettre l'argent dans des prolongements de metro et de nouvelles ligne de metro et tram
    prolongement ligne b a A450 ou irigny ou brignais , prolongement ligne c a rillieux prrolongement ligne a a decine grand stade et meyzieu et plus de tram entre tassin et pierre benite et lyon sud en passant pas francheville
    et la gne E ET prolongement du T3 jusqu'a l'aeroport sain es a la place du rhone express
    et aissi une ligne de tram qui traverse A7 ENTRE irigny VERNAISON ET SOLAISE et venissieux et feysin

  4. Vbil - 2 décembre 2019

    Beau plaidoyer. Du concret et vite ! Des pistes cyclables partout et des transports en communs plus fréquents et moins bondés ! Habitante d'Oullins depuis 21 ans, je n'ai cependant pas trouvé la politique de monsieur Buffet spécialement punchy en matière d'écologie et de transports. Pour preuve les bus qui s'arrêtent de circuler à 21h.

  5. Galapiat - 3 décembre 2019

    nous n'aurons ni A450, ni anneaux des sciences ni COL etc, rien les budgets sont réservés à Paris, JO et grand Paris, d'ailleurs où sont les 450 millions promis par Borne en compensation de l'A450 destinés à améliorer la liaison Sté-Lyon

  6. romain69 - 3 décembre 2019

    oui il faut avoir un vrai budget pour faire tout ces metros , et pourquoi avoir arreter le metro B a lyon il aurai pu aller directement a la A450 ET vasse batolle au lieu de s'arreter a lyon sud

  7. JANUS - 5 décembre 2019

    On sent l'annonce préélectorale opportuniste. Quant 'au plan métro à 10mds! Promettre la lune c'est démagogique. Trouver les fonds sans aggraver lourdement la dette publique, c'est autrement plus risqué !
    Abolition de la monnaie va bien nous faire une petite leçon de gestion...

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut