Métropole de Lyon : la Mulatière demande à passer en "ville 30", trois autres communes aussi

Depuis son élection à la Métropole de Lyon, la majorité écologiste s’est donnée pour objectif de réduire la vitesse sur le territoire, afin de "faire de la rue un espace de circulation apaisé". En 2021, deux communes ont déjà franchi le pas en abaissant  la vitesse à 30 km/h dans leurs rues. Quatre autres, qui viennent d'en faire la demande, pourraient suivre. 

Petit à petit, le concept de la "ville 30" trace sa route dans les communes de la Métropole de Lyon. Après Oullins en 2019, Poleymieux-au-Mont-d’Or au début de l’année 2021 et Fontaines-Saint-Martin en juin, la Mulatière et trois autres communes, dont les noms n’ont pas été dévoilés, ont déposé une demande pour abaisser la vitesse à 30 km/h sur leur territoire. "Le sujet prend de l’ampleur et avance très rapidement en France, il est donc logique qu’il progresse aussi sur la Métropole de Lyon", analyse Fabien Bagnon, le vice-président de la Métropole en charge de la voirie et des mobilités actives, qui s’est réjoui de ces demandes.

Cette semaine, l’élu de la majorité écologiste dévoilait sur son compte Twitter avoir proposé à 53 maires du Grand Lyon d’adopter le concept de la "ville 30". Le projet n’a été proposé qu’a 53 des 59 communes du territoire métropolitain, car trois ont déjà sauté le pas et trois autres ont déposé une demande, auxquelles vient s’ajouter La Mulatière, "nos courriers se sont croisés" précise M. Bagnon.  " J’en avais parlé à l’ensemble des maires lors de mes visites sur leurs communes. Et j’ai souhaité leur écrire à tous pour officialiser cette proposition, qui était dans notre programme. On a un peu précisé l’intérêt de le faire, les modalités et désormais c’est aux maires de s’en saisir", explique l’élu métropolitain.

Soutenir les mairies dans la transition

Mais concrètement en quoi consiste la "ville 30" ? "C'est inverser la logique. [...] Se dire, 30 km/h, c'est la base en ville. Et quelques axes, des grands axes, sélectionnés qui restent à 50 km/h", expliquait il y a quelque temps Valentin Lungenstrass, adjoint au maire de Lyon aux mobilités, à la logistique urbaine et aux espaces publics. Pour Fabien Bagnon c’est "un des outils pour répondre à la demande des habitants d’apaiser la voirie". L’élu souligne que "ce n’est pas le seul dispositif, mais c’est celui qui permet d’aller le plus vite et d’obtenir l’apaisement".

Disposant de la compétence pour imposer le passage en "ville 30", "c’est une possibilité technique, mais il n’y en aura pas usage" affirme M. Bagnon, la Métropole de Lyon entend travailler avec les communes pour y arriver. Dans son courrier adressé aux maires, le vice-président assure ainsi aux édiles "nous saurons accompagner chacune des communes volontaires dans le développement du projet et sa territorialisation. […] Pour cela, vos services pourront notamment proposer une première carte identifiant les axes prioritairement concernés par le passage en zone 30, et ceux davantage susceptibles de demeurer à la vitesse de 50 km/h". 

Redonner la priorité aux piétons

Outre la "réduction de l’accidentologie et du bruit", l’idée derrière la "ville 30" est aussi de redonner la priorité aux piétons. "Sur la Métropole, la priorité des piétons est très très peu respectée. Le piéton montre son intention de traverser et malgré cela les automobilistes ont beaucoup de mal à s’arrêter", regrette Fabien Bagnon. Selon lui, "l’un des bénéfices de la "ville 30", et cela a été montré, c’est qu’étant donné le différentiel de vitesse plus faible, les automobilistes sont naturellement plus à même de céder la priorité, car le freinage est moins important. Cela encourage donc le respect de la priorité des piétons aux passages piétons, qui aujourd’hui finissent par abandonner ce droit et s’engagent quand il n’y a plus de voitures". 


"Nous saurons accompagner chacune des communes volontaires dans le développement du projet et sa territorialisation." Fabien Bagnon, vice-président de la Métropole de Lyon en charge de la voirie et des mobilités actives


Pour mémoire, dans son programme la Métropole de Lyon affichait son ambition d’aider les 2/3 des communes du Grand Lyon à passer en "ville 30" d’ici la fin du mandat. Un objectif qui devrait être "affiné" dans les prochains mois, "on aimerait bien que les 2/3 des habitants de la métropole résident sur une commune à 30 km/h", laisse entendre le vice-président à la voirie. Le passage d'une très grande commune en "ville 30" permettrait ainsi d'atteindre l'objectif sans trop de difficultés.

Lire aussi : Métropole de Lyon : après Oullins et Poleymieux, une 3e commune passe en "ville 30", 30km/h sur toute la ville

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut