Mermoz : le propriétaire de la Xantia mis en examen

Son avocat est furieux : le jeune Vaudais de 21 ans arrêté mercredi dans la Loire a été mis en examen pour “assassinat et tentative d'assassinat“ vendredi en début d'après midi.

L'affaire du petit Amar prend une nouvelle tournure cette fin de semaine. Le propriétaire de la Xantia qui a servi lors de la fusillade vient d'être mis en examen. Il est poursuivi pour “assassinat et tentative d'assassinat“ depuis cet après midi et placé en détention provisoire. Il s'agit d'un Vaudais de 21 ans, avec “une quarantaine de condamnations à son actif“. Arrêté mercredi matin dans la Loire, à Saint-Chamond sur une aire d'autoroute, à 4 heures du matin. Il se trouvait au volant de la voiture immatriculée en Allemagne qui a servi lors de la fusillade.

Après six interpellations et autant de gardes à vue cette semaine, les policiers ont fini de cuisiner les témoins et autres protagonistes de la bagarre qui a précédé l'assassinat du jeune Amar, douze ans. Le système vidéo d'un immeuble social a été exploité, la scène de crime passée au peigne fin et la Xantia du suspect examinée dans les moindres détails. Des traces de poudres ont été retrouvées à l'intérieur. Pour finir, le procureur Xavier Richaud a décidé de mettre en examen le seul suspect. Ce dernier nie avoir participé à la fusillade. Il dit depuis le début ne s'être jamais trouvé dans la voiture au moment de faits.

Cafouillages dans la procédure judiciaire

Son avocat, Me Metaxas dénonce les couacs de la procédure judiciaire. Il reproche au parquet d'avoir annoncé la mise en examen à la presse avant qu'elle n'ait réellement eu lieu ce vendredi. “C'est inadmissible ! J'ai refusé de participer à cette mascarade et j'ai dit à la juge d'instruction qu'elle prenait ses responsabilités“, hurlait vendredi Maître Metaxas. “Mon client a été mis en examen par un avocat commis d'office“. Déjà mardi, la venue du ministre de l'intérieur Brice Hortefeux, “venu mettre la pression sur les policiers et la justice, alors que les jeunes étaient en garde à vue“, avait exaspéré l'avocat.

Pour les chefs d'accusation pré-cités, son client risque tout de même une peine de prison à perpétuité. Me Metaxas va essayer d'établir qu'il n'était pas dans la Xantia au moment des faits, véhicule dont il est néanmoins le propriétaire et dont les plaques d'immatriculation avaient été dissimulées avec du scotch au moment de la fusillade. L'avocat devra aussi expliquer pourquoi son client se trouvait sur une aire d'autoroute dans la Loire à 4 heures mercredi matin, 72 heures seulement après les faits. Il n'a opposé aucune résistance lors de son arrestation.

Les tireurs toujours dans la nature ?

Le jeune mis en examen serait “l'un des auteurs des faits“ selon le parquet de Lyon, qui reste néanmoins persuadé qu'il y a “plusieurs tireurs", deux sortes de balles ayant été retrouvées sur les lieux de la fusillade.

A l'origine, c'est une simple brouille entre filles de Bron et garçons de Mermoz qui a tout déclenché. Les premières s'étant plaintes à leurs copains, ceux-là sont revenus à Mermoz se bagarrer avec les fautifs et pour finir ont carrément débarqué dans le quartier au volant de la Xantia avec des armes à 17h15. Amar, douze ans, qui passait par là a été tué par hasard de plusieurs balles dans le dos. Un autre adolescent de 17 ans a reçu une balle dans la jambe. Plus d'une cinquantaine de coups de feu ont été tirés.

à lire également
Les policiers lyonnais ont fait une découverte surprenante cette semaine. Une salle de poker clandestine a été découverte dans le quartier de Mermoz (Lyon 8e). D’anciens croupiers "officiaient" clandestinement.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut