L’incinérateur de déchets de Gerland © Tim Douet
L’incinérateur de déchets de Gerland © Tim Douet

Lyon : une soirée débat "Zéro déchet" avec les candidats à la métropole

"Réduction des déchets ou investissements démesurés", c'est le titre de la soirée débat organisé par "Zéro déchet Lyon" ce samedi 18 janvier. 

Les futurs élus de la métropole de Lyon devront durant le prochain mandat se pencher sur la question de la construction de nouveaux incinérateurs à déchet. Ces chantiers estimés jusqu'à 600 millions d'euros sont-ils inéluctables où existent-ils des alternatives ?

Le samedi 18 janvier, à partir de 18 heures, l'association "Zéro déchet Lyon" organise une soirée débat "Réduction des déchets ou investissements démesurés", en présence des candidats qui ont déjà répondu positivement à l'invitation : Bruno Bernard (EELV), François-Noël Buffet (LR), Jean-Luc Fugit représentant Gérard Collomb (Prendre un temps d'avance), Renaud Payre (La Gauche unie), David Kimelfeld (sans étiquette) ou son représentant et Eric Lafond (100 % Citoyens).

Avant le débat, la soirée sera introduite par Thibault Turchet, chargé de campagnes à Zéro Waste France, puis métropolitaine par l'équipe de Zéro Déchet Lyon, pour poser l'ensemble du contexte.

A l'heure où la métropole de Lyon simplifie ses consignes de tri (voir ici), le meilleur déchet reste celui qu'on ne produit pas.

"Réduction des déchets ou investissements démesurés", à partir de 18 heures, une soirée débat en partenariat avec Lyon Capitale, Salle Paul Garcin, 7 impasse Flesselles, 69001 Lyon.

Accès : C13 ou C18 arrêt Rouville, S12 arrêt Place Morel, Ligne 2 et 45 arrêt Clos Jouve, Métro C arrêt Croix Rousse.

Inscription gratuite et conseillée via la plateforme dédiée (voir ici), avec possibilité de faire un don à Zéro Déchet Lyon.

à lire également
Terre du premier cluster haut-savoyard infectieux de Covid-19, la région Auvergne-Rhône-Alpes a tout de suite réquisitionné les méninges de ses plus brillants cerveaux pour contrer la propagation du Coronavirus. À Lyon, des chercheurs académiques sont mobilisés, en lien direct avec le ministre de la Santé, sur des projets particulièrement ambitieux de recherche de traitements. En parallèle, l’écosystème local, adossé aux industriels de la santé publique, œuvre au développement de tests de dépistage et de vaccins.
Faire défiler vers le haut