Lyon : une série d'infographies sur l'Anneau des sciences et ses impacts

Après six mois de travail, Alternatiba vient de publier une série d'infographies sur la future autoroute urbaine de l'Anneau des sciences à Lyon, censée boucler le périphérique à l'ouest. Impacts, alternatives, limites... cette série revient sur l'ensemble du projet, considéré comme "non écologique".

À Lyon, la guerre de l'Anneau des sciences a bien commencé. De nombreuses voix s'élèvent contre ce projet d'autoroute urbaine, censé boucler le périphérique à l'ouest, à l'horizon 2030. Gérard Collomb en a fait l'un des axes majeurs de sa campagne, qualifiant le projet "d'écologique" grâce à l'innovation technologique, même si les dernières études tendent à ne pas aller dans ce sens (lire ici).

Après six mois de travail, le mouvement citoyen Alternatiba/ANV Rhône vient de livrer une série d'infographies sur les conséquences écologiques du projet et les alternatives imaginables. "Cette publication est l’aboutissement de 6 mois d’analyse de rapports d’expertise, d’étude des documents de planification territoriale… C’est une appropriation citoyenne des politiques de déplacement face à l'entêtement de nos politiques locaux dans des aménagements tout routier alors qu’il est urgent de sortir du modèle dépassé centré sur la voiture individuelle”, indique Valentin Borges, militant d’Alternatiba/ANV Rhône.

Des conséquences sur la qualité de l'air et la biodiversité 

Le mouvement, notamment à l'origine des marches pour le climat, rappelle que le tracé de l'autoroute se situe sur "une dizaine d’établissements scolaires, maison de retraite, hôpitaux et l'écoquartier de la Saulaie à Oullins. Ces établissements se trouvent à moins de 500m des 7 échangeurs, ils seront directement affectés par la pollution de l’air issue de la circulation automobile, faisant courir un risque sanitaire important à des publics vulnérables. L’étude d’impact du projet met également en avant les conséquences pour la biodiversité : incidence sur l’écoulement des eaux, perturbation des écosystèmes, pollution chronique issue de la circulation des voitures… ". 

"Un projet climaticide"

À travers ce travail, Alternatiba souhaite également proposer un éventail d’alternatives à ce projet estimé à 4 milliards d'euros au minimum (au-delà de 6 milliards selon plusieurs sources en fonction du mode de financement choisi).  "Il s’agit d’alerter les citoyennes et citoyens des lourds impacts de ce projet, et de montrer que des solutions alternatives existent pour que les nuisances actuelles du trafic routier diminuent sur toute la métropole sans les déporter sur un nouvel axe en périphérie. Les candidats doivent définitivement abandonner l’Anneau des Sciences qui est un projet climaticide, en totale incohérence avec les changements radicaux de mobilité aujourd'hui nécessaire", complète Élise Lebreton d'Alternatiba.

La série sur les impacts peut être consultée en cliquant ici, celle sur les alternatives est accessible en cliquant ici.

En 2013, le débat public autour de la question de l'Anneau des sciences avait conclu : "la réalisation de l’infrastructure routière, très attendue par les élus et les entreprises, est vivement contestée par une part significative d’habitants (étalement urbain, nuisances importantes) en raison notamment des problèmes sanitaires et de la qualité de l’air aux abords des sorties de tunnels". Sept ans plus tard, la question écologique et climatique semble être encore plus prégnante dans les débats, ce qui pousse certains candidats à sortir la peinture verte, même pour une autoroute.

Alternatiba impacts de l'anneau des sciences à Lyon

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut