À l’occasion de la journée internationale de lutte contre les LGBTIphobie, SOS homophobie a sorti un rapport sur les violences contre les personnes LBGTI en France en 2020.

Lyon : un rappeur lyonnais menace "d'arracher la tête de son fils" s'il est homosexuel, SOS homophobie réagit

Le rappeur lyonnais Denis Albash est la cible des critiques depuis quelques jours après avoir tenu des propos homophobes sur le réseau social TikTok dans la nuit du 19 au 20 décembre. La préfecture du Rhône a saisi le procureur de la République tandis que SOS homophobie Lyon a également réagi.

Denis Albash, rappeur lyonnais largement suivi sur les réseaux sociaux, a fait l'objet d'une plainte déposée par différentes associations luttant contre l'homophobie. En cause : une vidéo de lui publiée sur Tiktok dans la nuit du 19 au 20 décembre où il tient des "paroles abjectes et coupables", dénonce SOS homophobie Lyon.

Le jeune rappeur originaire d'Albanie avait fait part de sa volonté "d'arracher la tête de son fils" si ce dernier lui annonçait qu'il était homosexuel. "Moi personnellement je lui arrache la tête. Wallah, même si c’est mon fils" menace Denis Albash dans sa vidéo.

La préfecture du Rhône avait déjà réagi sur Twitter le 22 décembre. "En République, chaque citoyen doit être respecté quelle que soit son orientation sexuelle". Ainsi, le préfet avait condamné "fermement ces propos de haine et saisit le procureur de la République de Lyon au titre de l'article 40 du Code de procédure pénale".

SOS homophobie dénonce les propos

De son côté, la délégation lyonnaise de SOS homophobie salue "la rapide condamnation de ces propos par la Préfecture" et dénonce "avec la plus grande fermeté, mêlée de colère et d'indignation [...] les propos homophobes du rappeur lyonnais". L'association de lutte contre l'homophobie considère également Denis Albash "responsable du déferlement de commentaires haineux que ses propos génèrent". 

"La création artistique et la liberté de parole ne sauraient se soustraire à la loi ; sur les réseaux sociaux la responsabilité sociétale ne saurait se dérober", dénonce finalement SOS homophobie Lyon dans son communiqué.

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut